L'Onu accuse Kiev de recourir systématiquement à la torture

© AFP 2022 Joel Nitoinjection létale
injection létale - Sputnik Afrique
Le rapport de l'Organisation des Nations unies révèle pour la première fois l'ampleur et la brutalité du système de torture soutenu par l'Etat ukrainien.

fil de fer - Sputnik Afrique
Tortures en Ukraine: une mission de l'Onu suspend sa visite
Le service de sécurité ukrainien (SBU) procède à des arrestations de masse d'insurgés du Donbass et les torture de manière systématique, écrit le quotidien britannique The Times, citant le secrétaire général adjoint des Nations unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic.

Selon Ivan Simonovic, le rapport établi par l'Onu contient des informations sur des centaines de cas d'arrestations illégales et de mauvais traitements des détenus.

En outre, le secrétaire a également mentionné l'existence de cinq prisons gouvernementales secrètes.

Pour appuyer ses propos, le secrétaire a cité plusieurs cas précis de passages à tabac et de tortures pratiquées contre des détenus par des employés du SBU. Ainsi, on apprend qu'un des détenus a été torturé avec un pistolet paralysant, les employés du SBU n'hésitant pas à en faire usage au niveau de sa tête, menaçant de le tuer. Finalement, le détenu a été forcé d'avouer devant la caméra qu'il était membre d'un groupe armé.

Tragédie d'Odessa - Sputnik Afrique
Le Conseil de l'Europe rappelle à Kiev ses obligations sur le dossier odessite
Des employés du SBU ont également enchaîné un homme à un radiateur et commencé à l'étrangler avec un respirateur, le torturant à l'aide de courant électrique et d'eau.

Le sous-comité de l'Onu pour la prévention de la torture est arrivé en Ukraine il y a quelques jours afin de procéder à une mission de contrôle du respect des droits de l'homme.

Néanmoins le sous-comité a été forcé de suspendre sa mission après s'être vu refuser l'accès à plusieurs sites dans le pays où pourraient être détenus des personnes privées de liberté par le SBU.

En juillet 2015, des hackers ukrainiens ont déjà dénoncé des centaines de crimes et délits commis par les bataillons de volontaires du ministère ukrainien de l'Intérieur et du SBU. Le groupe a mis en ligne des documents à l'appui. Des employés du SBU auraient notamment enlevé des personnes indésirables pour les autorités.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала