Critique envers Ankara, l'ambassadeur de l'UE en Turquie claque la porte

© AP Photo / Osman OrsalLes drapeaux de la Turquie et de l'UE
Les drapeaux de la Turquie et de l'UE - Sputnik Afrique
Hansjörg Haber avait critiqué la façon dont la Turquie honorait ses engagements pris dans le cadre de l'accord conclu avec l'UE et visant à réduire le flux migratoire vers l'Europe. Ces propos jugés inappropriés par les autorités turques, le diplomate européen avait été convoqué en mai au ministère turc des Affaires étrangères.

Le chef de la délégation européenne en Turquie, Hansjörg Haber, a démissionné suite à un conflit avec Ankara, rapporte le journal Hürriyet.

"Nous confirmons que l'ambassadeur a démissionné. Nous ne sommes pas en mesure pour le moment d'en évoquer la raison", rapportent les médias, se référant à un responsable de la délégation de l'UE à Ankara.

Recep Tayyip Erdogan - Sputnik Afrique
L’accord UE-Turquie sur les migrants risque de devenir caduc
Hansjörg Haber, nommé au poste d'ambassadeur de l'UE en Turquie en 2015, a critiqué à plusieurs reprises la politique migratoire menée par les autorités turques. Mais c'est sa formule "Commencer comme un Turc et terminer comme un Allemand. Mais c'est l'inverse qui s'est produit ici. Cela a commencé comme un Allemand et s'est terminé comme un Turc", prononcée lors d'une conférence de presse, qui avait provoqué l'ire d'Ankara. Pour ces propos, il a été convoqué en mai au ministère turc des Affaires étrangères.

Recep Tayyip Erdogan - Sputnik Afrique
Erdogan menace l'Europe de rompre l'accord sur les migrants
Rappelons que le 18 mars, la Turquie et l'Union européenne ont convenu d'un plan global pour réduire la migration vers l'Europe. Conformément à l'accord entre Bruxelles et Ankara, les migrants dont la demande d'asile a été jugée infondée seront renvoyés en Turquie. Parallèlement, pour chaque migrant renvoyé, les Européens s'engagent à accueillir un Syrien. En échange, le Parlement européen a promis d'accélérer la procédure de levée des visas pour les citoyens turcs en cas du respect de ces engagements par la Turquie.

Or, fin mai le président turc, Recep Tayyip Erdogan a menacé de bloquer l'application de l'accord sur les migrants si aucun résultat n'était obtenu concernant l'exemption de visa pour ses compatriotes d'ici au 30 juin. La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré en juin qu'elle était ouverte aux concessions.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала