Pour Sarkozy, il faut associer les Russes au bouclier antimissile en Europe

© Sputnik . Vladimir Astapkovich / Aller dans la banque de photosБеседа с экс-президентом Франции Н. Саркози в рамках ПМЭФ
Беседа с экс-президентом Франции Н. Саркози в рамках ПМЭФ - Sputnik Afrique
La Russie et l'Europe sont exposées à des défis communs et doivent unir leurs efforts pour contrer la menace émanant de l'ennemi commu, a souligné l'ex-président de la République française intervenant jeudi dans le cadre du XXe Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

La Russie devrait être associée au bouclier antimissile, le temps de la "guerre froide" étant révolu, a rappelé l'ex-président français Nicolas Sarkozy, intervenant à Saint-Pétersbourg.

"Dès le sommet (de l'Otan, ndlr) de Lisbonne en 2010 (…), j'ai demandé que les Russes soient associés au bouclier antimissile, car après tout nous avons les mêmes menaces. Je veux que l'Europe soit dotée d'un bouclier antimissile, que l'Otan veuille se doter d'un bouclier antimissile, mais associons les Russes à ce bouclier", a pointé l'homme politique.

​"Nous ne sommes pas à l'époque de l'Union soviétique, du pacte de Varsovie. La +guerre froide+ est finie et l'Otan n'a pas pour l'objet d'aller combattre les Russes", a dit Nicolas Sarkozy.

drapeau de L'Otan - Sputnik Afrique
Le bouclier de la discorde
Et de rappeler qu'aussi bien la Russie que l'Europe étaient exposées à cette menace commune qu'est le djihadisme.

"Avec l'Etat islamique, avec Al-Qaïda, avec des attentats, avec des attentats dus à ces barbares, on n'a pas d'autres problèmes que d'imaginer un affrontement entre les Russes et l'Europe? Je n'accepte pas cette vision des choses et je pense que c'est une erreur stratégique", s'est-il exclamé.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала