Vos données sont-elles dans la base du FBI?

© Flickr / Angelika WarmuthCaméra cachée
Caméra cachée - Sputnik Afrique
Le système d'identification des visages du Bureau fédéral d'investigation américain a accès à un nombre sans précédent de photos. Parmi les photos auxquelles le FBI peut accéder figurent celles de personnes innocentes et d'étrangers.

le Bureau fédéral d'enquête - Sputnik Afrique
Le FBI monte-t-il de toutes pièces des dossiers de complicité avec Daech?
Le FBI dispose d'un système d'analyse, de comparaison et d'évaluation des visages (Facial Analysis, Comparison, and Evaluation — FACE) permettant d'accéder à 411,9 millions de photos, tant de la population civile américaine que d'étrangers. 

Entre autres, FACE contient les photos de passeports, de permis de conduire et de visas.

Auparavant, le Bureau fédéral d'enquête ne confirmait disposer que d'une seule et unique base, Next Generation Identification (NGI), comptant 30 millions de photos de personnes ayant figuré dans les affaires pénales et civiles. 

La fusillade d’Orlando - Sputnik Afrique
Orlando: quand le FBI suspecte des radicaux, mais les laisse s’armer
Néanmoins, l'ampleur de la base de données de FACE s'avère sans précédent. Selon un rapport présenté par la Cour des comptes américaine, outre NGI, FACE a accès aux bases de données d'autres structures du pouvoir, y compris le Département d'Etat (demandes de visas), le ministère de la Défense (données biométriques, y compris les empreintes et la rétine), ainsi qu'à plusieurs bases de permis de conduire dans 16 Etats. 

Le rapport indique que bon nombre de ces bases contiennent des photos de personnes n'ayant commis aucun crime. Néanmoins, conformément à la législation, le FBI a le droit de faire des recherches dans les bases en question sans aucune autorisation préalable des tribunaux.

Les responsables de la Cour des comptes soulignent que le système n'a pas été jusqu'à présent dûment testé, ce qui fait que les résultats et la précision des recherches effectuées pourraient être très faibles. Plus encore, le système peut identifier une personne innocente comme un criminel.   

La Cour des comptes américaine a déjà demandé au Département de la justice de l'éclairer sur les raisons pour lesquelles le bureau n'a pas publié de données concernant l'impact que FACE pourrait avoir sur le principe du respect de la vie privée. Le FBI aura également à effectuer des tests visant à déterminer la précision de l'identification du système et les risques d'erreurs.


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала