Quand un journal britannique détruisait les dossiers de l'affaire Snowden (VIDEO)

© Flickr / mw238Edward Snowden
Edward Snowden - Sputnik Afrique
Une vidéo qui a émergé sur la Toile montre la destruction, en juillet 2013, de disques durs et de cartes de mémoire contenant les documents révélés par Edward Snowden par les éditeurs du Guardian.

Sous le regard attentif de deux techniciens employés par le Government Communications Headquarters (GCHQ; service de renseignements électroniques), les journalistes détruisent les disques à l'aide de meuleuses d'angle et de perceuses électriques.

L'épisode est relaté par Luke Harding dans son livre The Snowden Files, qui décrit, entre autres, la décision du quotidien britannique de détruire leurs propres Macbooks après avoir reçu des menaces de la part du gouvernement dans le cadre de l'"affaire Snowden".

Edward Snowden, masque - Sputnik Afrique
Les révélations de Snowden, un mal pour un bien?
Les fichiers fournis par l'ex-employé de la NSA ont été stockés sur quatre laptops de la rédaction déconnectés de l'Internet. Suite à la publication de premiers documents, le vice-président du Conseil britannique de sécurité nationale Oliver Robbins aurait menacé le rédacteur en chef adjoint Paul Johnson de fermer le Guardian si les journalistes ne rendaient pas les documents fuités par Snowden.

Par peur de poursuites judiciaires à l'encontre du journal, l'équipe du Guardian a conclu que la destruction de leurs ordinateurs serait l'unique moyen de sauver la rédaction. Suivant les instructions du GCHQ, trois membres de l'équipe ont procédé à cette étrange procédure, qui a duré trois heures.

L'ensemble des documents secrets de Snowden bientôt publiés - Sputnik Afrique
L'ensemble des documents secrets de Snowden bientôt publiés
Les pièces des ordinateurs ont été ensuite placées dans le "degausser" (démagnétiseur) – engin fourni par le GCHQ qui détruit les pôles magnétiques et efface les informations.

Pour Paul Johnson, il s'agissait d'un acte "purement symbolique".

"Nous le savions, et le GCHQ le savait. Et le gouvernement le savait aussi. C'était le moment le plus surréaliste de l'histoire du journalisme britannique auquel j'ai assisté", indique M.Johnson.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала