Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Quand l'URSS voulait rejoindre l'Otan...

© REUTERS / Francois LenoirQuand l'URSS voulait rejoindre l'Otan...
Quand l'URSS voulait rejoindre l'Otan... - Sputnik France
S'abonner
À l’occasion du sommet de l’Otan tenu à Varsovie, Sputnik offre à ses fidèles lecteurs une brève excursion dans l’histoire.

Sommet de l'Otan à Varsovie - Sputnik France
Sommet de l'Otan à Varsovie: Obama pour l'Ukraine, des bataillons pour les pays Baltes
Rares sont ceux qui le savent, le 31 mars 1954, l'URSS avait déposé une demande d'adhésion à l'Otan. Impossible, diriez-vous? Et pourtant…

"De toute évidence, l'organisation du Traité du traité de l'Atlantique nord pourrait perdre son caractère hostile si tous les pays de la coalition anti-Hitler la rejoignaient", stipulait la note rédigée par les responsables soviétiques.

Le document contenait en outre une phrase qui semble résumer toute l'expérience accumulée après les deux guerres dévastatrices que le monde venait de traverser: c'était la formation de deux blocs militaires opposés qui a précédé les guerres récentes. Par conséquent, il proposait de remplacer "la politique de création de groupes opposés par une politique de coopération effective de tous les pays européens visant à maintenir et à contribuer à la cause de la paix".

Il faut quand même l'avouer, les chances que l'URSS soit acceptée dans l'organisation étaient faibles, et il n'y avait pas d'illusions à cet égard. La guerre froide sévissait et, au lieu de tirer les leçons des sanglants conflits, l'Occident était focalisé sur l'omniprésente "menace soviétique".

La sécurité mondiale, notion essentielle à la base de tout bloc militaire, était donc vite reléguée au second plan, tout le monde ne se souciant que de sa sphère d'influence.

Gauche allemande: L’Otan devient de plus en plus une alliance de la guerre - Sputnik France
"L’Otan devient de plus en plus une alliance de la guerre"
À ce jour, il n'y a plus d'URSS, plus de guerre froide, plus de course aux armements, mais l'Otan est toujours là et ses ambitions n'ont pas diminué.

Aujourd'hui, par exemple, l'Alliance discute au sommet le déploiement de milliers de soldats en Pologne, dans les pays Baltes et cherche à étendre sa présence en mer Noire. La rengaine n'est pas nouvelle, "la menace russe". Mais pourquoi donc ne pas tirer une leçon de l'histoire et ne pas réellement penser à la sécurité qui est aujourd'hui si fragile dans ce monde où des gens meurent régulièrement dans des attaques terroristes?

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала