Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Et vous, pouvez-vous remplir une grille de mots croisés sur un tableau à 80.000 EUR?

© AP Photo / Damian Dovarganesmots croisés
mots croisés - Sputnik France
S'abonner
Une triste histoire mêlant amour de l'art et dégradations involontaires est arrivée à une vieille dame de la ville allemande de Nuremberg.

Le graffiti de Banksy détruit à Melbourne - Sputnik France
Des graffitis de Banksy victimes de rénovations à Melbourne
A Nuremberg, une femme âgée de 91 ans s'est vue soudainement interpellée par la police. La visiteuse du Nouveau musée (Neues Museum) a pris au premier degré la consigne "placez un mot" écrit sur le tableau du peintre Arthur Koepke et a rempli une grille de mots croisés tracée sur un tableau avec un stylo.

L'administration du Nouveau musée essaye de trouver un moyen de restaurer le tableau de M.Kepke dont le montant de l'assurance s'élève à 80.000 euros. Tandis que les restaurateurs du musée cherchent à enlever les inscriptions, les policiers ont ouvert une enquête pénale.

La dame, qui a décidé de remplir la grille de mots croisés sur le tableau, est résidente d'une maison de retraite nommée l'"Atelier littéraire". Après avoir apporté sa "contribution" à l'art contemporain, elle a dû expliquer ses actes à l'administration du musée. Ensuite, deux policiers ont rompu son déjeuner dans un café avoisinant le musée pour l'amener au poste et l'interpeller.

Par la suite, des représentants de l'"Atelier littéraire" ont fait une déclaration où ils ont accusé les actions des policiers et de l'administration du musée. Ces derniers ont déclaré qu'ils avaient traité la vieille dame comme une idiote et qu'ils l'avaient laissée quitter le commissariat sous une pluie diluvienne.

Selon la directrice du musée Eva Kraus, personne ne voulait manquer de respect à la vieille dame. Dans le même temps, elle a fait remarquer que même les enfants comprenaient qu'il était défendu de dessiner sur les tableaux.

"Il n'y avait pas de malveillance à l'égard de la vieille dame mais nous devions informer la police des dommages", a-t-elle expliqué citée par le journal allemand Nurnberger Nachrichten

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала