Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Etat d'urgence: Valls vante l'efficacité, Le Drian se veut réaliste

© AFP 2021 Thomas SAMSONManuel Valls
Manuel Valls - Sputnik France
S'abonner
Hué hier à Nice pendant l'hommage aux victimes de l'attentat, Manuel Valls a vigoureusement défendu l'état d'urgence qu'il va demander au parlement de prolonger pour trois mois.

Manuel Valls à Nice durant l'hommage aux victimes de l'attentat - Sputnik France
Manuel Valls hué à Nice durant l'hommage aux victimes de l'attentat
La prolongation de l'état d'urgence est soutenue non seulement par le premier ministre, mais aussi par le ministre de la Défense. Mais si M.Valls invoque l'efficacité déjà confirmée de ce régime d'exception, M.Le Drian met l'accent lui sur l'éventualité de nouvelles attaques.

"Nous avons déjoué un certain nombre d'attentats encore ces derniers mois, un juste avant l'Euro, qui aurait pu être particulièrement meurtrier", a déclaré le premier ministre pour prouver l'efficacité de l'état d'urgence en vigueur depuis le 13 novembre dernier.

Il a cependant ajouté qu'il n'y avait pas de risque zéro: "nous sommes en guerre".

En ce sens, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lui donne raison estimant que la menace est partout.

"On voit bien, avec ce qui s'est passé en Allemagne, que la menace est partout et qu'il y a des risques de mimétisme. Quand il y a des événements de cette ampleur, il y a des risques de réplique. On l'a vu en Allemagne, on peut le voir ailleurs", a expliqué le ministre sur France Info.

La police française à Nice - Sputnik France
Attentat de Nice: la police nationale était-elle présente en nombre suffisant?
"Il faut donc redoubler de vigilance et redoubler de sang-froid. Et l'état d'urgence permet d'avoir les moyens juridiques supplémentaires pour casser ces risques", a ajouté Jean-Yves Le Drian.

Sur ces entrefaites, les Français ne partagent pas l'optimisme que la classe politique place dans la prolongation de l'état d'urgence. 

Selon un tout récent sondage Ifop pour Le Figaro, 67% des personnes interrogées au lendemain de l'attentat à Nice affirment ne pas avoir confiance en François Hollande et son gouvernement pour faire face et lutter contre le terrorisme.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала