Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ankara rouvrira l'enquête sur le Su-24 russe abattu en novembre 2015

S'abonner
La destruction du Su-24 russe en novembre 2015 et la mort de 34 civils attaqués par les forces aériennes turques dans la ville d'Uludere (sud-est) en décembre 2011, devraient faire l'objet de nouvelles enquêtes après le coup d'Etat militaire, a déclaré le ministre turc de l'Energie et des Ressources naturelles Berat Albayrak.

"Je pense que l'incident à Uludere et celui impliquant l'avion russe seront enquêtés à nouveau", a déclaré le ministre sur la chaîne Haberturk.

Su-24 tactical bomber of the Russian air forces over the Hmeimim air base in the Lattakia province - Sputnik France
La décision d'abattre le Su-24 russe revenait au pilote turc, selon Ankara
Auparavant, les autorités turques ont indiqué que le pilote avait pris indépendamment la décision d'abattre le Su-24 russe.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a pour sa part annoncé l'arrestation, dans le cadre de l'enquête sur le putsch, des deux pilotes qui avaient abattu le bombardier russe en novembre. Selon lui, ils pourraient être impliqués dans l'organisation du récent coup d'Etat.

Le 24 novembre dernier, les forces aériennes turques ont abattu un bombardier russe Su-24 engagé dans l'opération antiterroriste en Syrie sous prétexte de violation de sa frontière nationale. Le pilote du Su-24, Oleg Pechkov, a été tué par des combattants opérant dans la région après s'être éjecté en parachute.

Putsch raté en Turquie - Sputnik France
Comment le putsch en Turquie est lié au Su-24 russe abattu et cible Poutine
L'incident a provoqué une brusque dégradation des relations entre la Turquie et la Russie, qui a notamment suspendu le régime sans visas entre les deux pays. Moscou a adopté des mesures de rétorsion contre Ankara, comprenant entre autres un embargo sur l'importation de fruits et légumes turcs, l'interdiction pour les employeurs russes d'embaucher des travailleurs turcs, l'interdiction des vols charter vers la Turquie et la vente de voyages vers ce pays par les tour-opérateurs russes.

Ce n'est que le 27 juin que le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan a présenté des excuses pour la destruction en novembre 2015 du bombardier russe.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала