Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Theresa May meurt d’envie d'utiliser l'arme nucléaire contre la Russie

S'abonner
C'est la deuxième fois en 10 jours que la nouvelle première ministre britannique Theresa May s'est dite prête à utiliser des armes nucléaires contre la Russie. Cette fois, en tant que force de dissuasion. Alors, que la force de dissuasion soit avec vous, Mme May!

Lors d'une conférence de presse à Bratislava (Slovaquie), en réponse à la question d'un journaliste au sujet de la volonté du gouvernement britannique d'utiliser l'arme nucléaire contre la Russie, Theresa May s'est déclarée prête à l'utiliser en tant que force de dissuasion.

"La semaine dernière, le parlement a adopté un vote très important pour poursuivre notre programme nucléaire. Au cours du débat, la question a été posée de savoir si je serais prête à utiliser des armes nucléaires comme force de dissuasion. Et ma réponse a été +Oui!+", a-t-elle indiqué.

Theresa May - Sputnik France
Theresa May prête à utiliser l'arme nucléaire pour protéger son pays
Auparavant, lors d'une intervention devant le parlement, la première ministre britannique Theresa May avait annoncé qu'elle était prête à donner son feu vert à une attaque nucléaire capable de tuer des centaines de milliers de personnes, si cela garantissait la sécurité du Royaume-Uni, pointant la "menace" que la Russie représentait pour Londres.

Le 19 juillet, les députés britanniques ont approuvé le renouvellement de la force de dissuasion sous-marine du Royaume-Uni, dans le cadre d'un projet coûtant plusieurs dizaines de milliards de livres. Aucun livre ne sera épargné lorsqu’on parle de la sécurité du pays, n’est-ce pas? Même si la menace est un peu exagérée…

Le sous-marin du projet Trident HMS Victorious - Sputnik France
Le parlement britannique approuve la modernisation nucléaire
Le renouvellement du programme Trident est estimé à 31 milliards de livres (37,1 milliards d'euros) par le ministère de la Défense, sans compter les coûts de conception. A l'heure actuelle, la structure du Trident compte quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de classe Vanguard. Le parlement britannique est déterminé à les remplacer par ceux de classe Successor à l'horizon 2030.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала