Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les preneurs d'otages d'Erevan arrêtés par la police

© Sputnik . Asatur Yesayants / Aller dans la banque de photosUn membre du groupe Sasna Tsrer sur le territoire du commissariat de police d'Erebuni, à Erevan
Un membre du groupe Sasna Tsrer sur le territoire du commissariat de police d'Erebuni, à Erevan - Sputnik France
S'abonner
L'opération lancée par les forces de l'ordre arméniennes pour arrêter les hommes armés qui avaient occupé le 17 juillet un commissariat de police d'Erevan et pris des otages, a été un succès.

Le Service de sécurité nationale d'Arménie a mené à bout l'opération spéciale visant à libérer le commissariat de police de la capitale arménienne occupé par le groupe armé d'opposition Sasna Tsrer (Les enragés de Sassoun) depuis le 17 juillet dernier.

"Vingt terroristes ont été arrêtés. Le commissariat a été libéré", a annoncé le Service de sécurité nationale dans un communiqué.

La police arméniene bloque une rue devant un commissariat de police d'Erevan - Sputnik France
Le groupe armé retranché à Erevan ouvre le feu, un policier tué
 Un dirigeant du groupe Sasna Tsrer, Varoujan Avetissian, a antérieurement déclaré que son groupe avait décidé de se rendre à partir de 20h00 locales (18h00 heure de Paris).

Les activistes du groupe retranché dans le commissariat avaient pris des otages à deux reprises pendant les négociations avec la police. L'opération des forces spéciales s'est tenue les 30 et 31 juillet.

Le 17 juillet dernier, le groupe armé Sasna Tsrer a pris d'assaut un commissariat de police d'Erevan avant de prendre plusieurs personnes en otage. Les hommes armés ont réclamé la démission du président arménien Serge Sargsian et la libération de Jiraïr Sefilian, participant au conflit du Haut-Karabakh et membre de l'opposition radicale, accusé d'acquisition et de stockage illégaux d'armes.

De violents heurts ont eu lieu le 20 juillet à Erevan près du bâtiment de la police occupé. 51 personnes, y compris 29 policiers, ont été blessées dans les affrontements. La police a interpellé 136 manifestants. Le 24 juillet, les membres du groupe armé ont relâché les quatre otages dont une femme, mais le 27 juillet ils ont pris en otages trois médecins et une infirmière. Les deux derniers otages ont retrouvé la liberté dans la nuit du 30 au 31 juillet. 

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала