"La France finance la haine d'Israël", des accusations exagérées?

"La France finance des organisations qui incitent à la haine d'Israël", a déclaré le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Sputnik a interrogé Gilles-William Goldnadel, fondateur d'Avocats sans frontières, pour savoir si ces accusations étaient exagérées.

Benjamin Netanyahou a accusé plusieurs pays européens, dont la France, de financer des organismes qui refusent de reconnaître l'Etat juif et appellent à le boycotter.

Selon Gilles-William Goldnadel, "ce n'est pas un scoop: des organisations israéliennes ou antisionistes ont fait l'objet de subventions de la part soit des autorités françaises, soit des autorités européennes".

"Par exemple, la CIMADE (Comité inter mouvements auprès des évacués, ndlr) est une organisation qui est subventionnée, qui dispose de prérogatives privilégiées. Elle est censée s'occuper de l'accueil des étrangers en France. A ce titre, elle bénéficie de subventions étatiques, et cela ne la dérange pas de rejoindre la cohorte d'organisations qui veulent promouvoir le boycott d'Israël", a indiqué M.Goldnadel.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou - Sputnik France
Netanyahou accuse l'Europe de soutenir les ONG appelant au boycott d'Israël
"Il est piquant de constater, qu'hier, le gouvernement français, par la bouche du premier ministre, a fini par se convaincre qu'il fallait enfin regarder d'où venait l'argent de pays étrangers lorsqu'il soutenaient des organisations islamiques, alors qu'il y a encore quelques semaines, la presse ou même la communauté européenne avait un discours dénué de toute aménité particulière pour les lois prises par la Russie il y a quelques mois ou Israël il y a quelques semaines qui ambitionnent simplement de savoir d'où vient l'argent", estime l'avocat français.

"Les gouvernements souhaitent savoir quelles sont les puissances ou organisations étrangères qui subventionnent les organisations à l'intérieur de leur pays. C'est tout à fait normal. Un état, pour se protéger, était bien inspiré de savoir d'où vient l'argent", a souligné M.Goldnadel.

Ce qui est sûr, selon lui, c'est que le gouvernement israélien attire l'attention des gouvernements européens sur la dangerosité du discours de haine diffusé par des organisations islamistes de par le monde. Pendant des années et des années, le monde n'écoutait absolument pas les avertissements israéliens sur la dangerosité de l'islamisme.

Palestinian president Mahmud Abbas addresses the UN Human Rights Council on October 28, 2015 during a special meeting requested by the Palestinians amid a surge in Israeli-Palestinian violence. - Sputnik France
Le Royaume-Uni bientôt poursuivi en justice pour la création d’Israël?
Ce n'est pas la première fois que M.Netanyahou accuse des pays étrangers de soutenir les organismes à but non lucratif de gauche qui se prononcent pour l'arrêt de l'occupation des territoires palestiniens. Auparavant, en juillet, le parlement d'Israël, où la majorité appartient à la droite, a adopté une loi qui oblige les organismes à but non lucratif qui obtiennent plus de la moitié de leur financement du gouvernement français, à en informer l'Etat hébreux et à indiquer ce fait dans les documents officiels.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала