Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'embargo alimentaire, une mesure qui a muselé l'inflation en Russie

S'abonner
Sur fond d'interdiction de nombreuses importations de produits alimentaires en représailles des sanctions occidentales, la Russie a appris à se nourrir, ce qui a contribué à contenir l'inflation.

Coupées des produits occidentaux depuis août 2014, les entreprises russes ont intensifié leur propre production. Par conséquent, la consommation de produits étrangers en Russie s'élève actuellement à des niveaux historiquement bas, selon ACRA, une société de notation, rapporte l'agence Bloomberg.

La récolte des cerises - Sputnik France
Des fermiers belges en détresse exigent qu'on leur rende la Russie
En valeur, les importations ne représentent aujourd'hui que 22% des ventes de produits alimentaires par rapport à 34% au début de l'année 2014, selon un rapport préparé par ACRA.

Même en mars 2015, lorsque l'inflation en Russie a atteint un niveau record de 17%, grâce à l'embargo alimentaire la croissance des prix ne s'élevait qu'à 1,6%.

En outre, au cours du premier trimestre 2016, la part des fromages importés sur le marché russe est tombée à 23%, alors qu'en 2014, elle était de 49%, souligne l'agence.

La politique de substitution des importations répond aux intérêts de la Banque centrale russe et des agriculteurs, dont la part dans l'économie du pays a atteint 4,4% en 2015. Cette année, le taux d'inflation annuel a ralenti à 7,2%, rappelle Bloomberg.

"Le maintien de l'embargo et la chute de la part des produits importés dans le domaine de l'agroalimentaire, toutes choses étant égales, calme l'inflation et la rend dépendante des facteurs monétaires internes et de la politique de la Banque centrale", note ACRA.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала