Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Erdogan financera 50% du gazoduc Turkish Stream

S'abonner
La Turquie a proposé à la Russie de partager en deux les frais de la construction du gazoduc Turkish Stream, y compris la partie qui passera sur le territoire turc.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont exprimé, lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg, la volonté de relancer les projets énergétiques gelés depuis près d'un an, parmi lesquels ont compte la construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu ainsi que celle du gazoduc Turkish Stream. 

Le président turc a déclaré aujourd'hui souhaiter que Moscou s'acquitte des frais de construction de Turkish Stream. 

"Nous avons communiqué (à la Russie, ndlr) qu'il n'y avait aucun problème avec le projet Turkish Stream. Nous avons seulement proposé de partager en deux les coûts de l'installation d'une partie du pipeline qui passera par notre territoire", a dit M.Erdogan.

M.Poutine et M.Erdogan sont déjà convenus que les frais de construction de la partie du pipeline traversant la mer Noire seraient également partagés en deux, selon le dirigeant turc.

Turkish Stream - Sputnik France
Reprise du Turkish Stream: de futures pressions de Washington?
Le 9 août, une rencontre entre les présidents de la Russie et de la Turquie, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, la première depuis la crise dans les relations bilatérales, s'est tenue à Saint-Pétersbourg. Le  résultat principal des négociations est le redémarrage des relations entre Moscou et Ankara après l'incident du Su-24 abattu. 

MM.Poutine et Erdogan se sont déclarés disposés à  rétablir la coopération tous azimuts. La partie russe a notamment confirmé son intention de lever par étapes les mesures économiques spéciales et d'autres restrictions à l'égard des entreprises turques. Les projets du gazoduc Turkish Stream et de la centrale nucléaire d'Akkuyu ont été dégelés. En outre, il a été décidé de reprendre les vols charters et de résoudre les problèmes de visas entre les deux pays. Bien que la Turquie soit membre de l'Otan, M.Erdogan a déclaré qu'Ankara était prêt à coopérer avec Moscou en matière d'industrie de défense. 

TLe président turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Erdogan veut relancer le projet Turkish Stream
La crise dans les relations entre la Russie et la Turquie a éclaté en novembre dernier, le jour où un chasseur turc a abattu en Syrie un bombardier russe Sukhoï Su-24. Le président russe a qualifié cet incident de "coup porté dans le dos de la Russie" par des complices des terroristes. Moscou a introduit plusieurs restrictions économiques contre la Turquie. Le président turc a répété à maintes reprises que la Turquie souhaitait normaliser les relations avec la Russie et qu'il ne comprenait pas quelle démarche la partie russe attendait de sa part. Quant à la Russie, elle a plusieurs fois déclaré attendre des excuses pour le Su-24 abattu. 

Fin juin, Recep Tayyip Erdogan a fait le premier pas destiné à surmonter la crise qui avait duré environ sept mois. Le dirigeant turc a envoyé un message à Vladimir Poutine, contenant les excuses pour l'avion russe abattu et exprimant ses condoléances après la mort de son pilote. Début juillet, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus par téléphone après quoi le président russe a informé le gouvernement de sa décision d'entamer une normalisation des relations économiques et commerciales avec Ankara. 


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала