- Sputnik France
Russeurope Express
Les économistes ne mangent pas tous des enfants! Rendez-vous chaque semaine avec Jacques Sapir, Clément Ollivier et leurs invités pour égrener les sujets de fond qui se cachent derrière le tumulte de l’actualité.

Campagne présidentielle américaine: un système politique à la dérive. Partie1

Avant 2010 et l'arrêt de la Cour suprême des Etats-Unis connu sous le nom de Citizens united, toute somme dépensée dans le cadre d'élections fédérales ou locales aux Etats-Unis devait venir d'une personne physique identifiable.
De plus, le montant de ces sommes était limité et l'identité de tout citoyen étasunien dépensant plus de 200 dollars pour ou contre un candidat à une élection devait être rendue publique. A présent, les super PACS et autres structures externes aux équipes de campagne permettent aux entreprises privées et syndicats d'investir sans limite financière et parfois sans aucune transparence dans les campagnes électorales. Avec Geoffroy Géraud-Legros, Georges Clément et Denys PLuvinage. En vous souhaitant une bonne écoute sur Sputnik France.​

Jacques Sapir: "On sait qu'Hillary Clinton est bien la représentante du Big business. On sait que Wall street et Hollywood soutiennent Hillary Clinton."

Jacques Sapir: "Bien sûr, Donald Trump peut utiliser sa fortune personnelle, mais on voit bien aujourd'hui qu'il se situe largement un cran en-dessous de ce que peut récolter Hillary Clinton."

Denys Pluvinage: "La loi américaine est très claire: les étrangers n'ont pas le droit de financer directement des partis ou des candidats à une élection. […] En revanche, il existe de nombreux circuits parallèles qui permettent de financer un candidat de façon totalement anonyme."

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала