Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ayrault : moralisme et impolitique

© AFP 2021 Matthieu Alexandre Jean-Marc Ayrault
Jean-Marc Ayrault - Sputnik France
S'abonner
Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires étrangères, s’est exprimé sur la crise syrienne dans Le Monde. Malgré une inflexion dans les projets du gouvernement, ses propos trahissent les inconséquences françaises sur ce dossier.

Le chaos syrien dure depuis maintenant 5 ans ½ et aurait fait 300 000 victimes. Notre Ministre des affaires étrangères, en poste depuis six mois, s'est fendu d'un entretien dans le Monde, pour faire le point sur ce conflit. On peut y lire quelques déclarations chocs, par exemple « Je dis aux Russes d'arrêter de bombarder en Syrie », ou d'autres plus condescendantes encore: « La Russie est une grande nation qui veut jouer à nouveau un rôle. On le comprend ».

Cela étant dit, il est vrai que ses propos marquent une certaine inflexion face au va-t-en-guerrisme de Laurent Fabius, son prédécesseur… Notamment, Ayrault ne mentionne pas une seule fois, explicitement, un « départ » de Bashar El-Assad.

La priorité semble maintenant le rapport et une résolution condamnant les attaques chimiques de 2013. Jean-Marc Ayrault martèle cette caution morale, ce fameux « rapport sur l'utilisation des armes chimiques », dont la crédibilité serait selon lui « incontestable ». Mais peut-être nous faudrait-il entretenir ici un certain scepticisme.

French Foreign Minister Jean-Marc Ayrault speaks to the media in Vienna, Austria, May 17, 2016. - Sputnik France
Aux yeux d'Ayrault, la Russie est un partenaire "difficile"
Depuis trois ans, l'utilisation des armes chimiques, par les légitimistes, par les rebelles, par les terroristes, est pour le moins confuse et la moindre des choses est de raison garder, surtout quand on sait que les faucons trépignent d'impatience à l'idée de détenir une justification morale à une intervention éventuelle — l'appel à une conscience internationale par les uns s'avère souvent être la ruse des autres.

Nous en saurons davantage demain, car malheureusement, les Nations Unies ont refusé de communiquer plus tôt à Sputnik News le rapport qui a pourtant été consulté par l'AFP et Reuters — et dont notre Ministre des Affaires étrangères semble déjà avoir une connaissance aussi parfaite qu'approfondie.

Ce rapport est en effet devenu le cœur de l'argumentation du Ministre. Œuvrant contre le régime syrien, notre Gouvernement est incapable d'imaginer l'étape suivante et de se confronter au risque d'un appel d'air qui ferait le jeu des terroristes. En bon pacifiste, Jean-Marc Ayrault se révèle incapable de distinguer la politique de la morale.

A un rapport succède une résolution, avant que l'on ne s'adresse résolument à l'opinion publique internationale, espérant qu'elle « sensibilise » les pouvoirs syriens et russes. En fin de compte, les propos du Ministre transpirent à la fois l'impuissance et le moralisme. Sans surprise d'ailleurs, puisque l'un se nourrit forcément de l'autre.

French Prime Minister Jean-Marc Ayrault gestures as he leaves a polling station after casting his ballot during the second round in the French mayoral elections in Nantes, France, in this March 30, 2014 file photo. - Sputnik France
Le coup d'Etat raté en Turquie n'est pas un "chèque en blanc" pour Erdogan
Ainsi se trouve-t-il justifié de dire que « Les Russes doivent clarifier leur position et en même temps saisir cette opportunité pour revenir vers une solution politique ». L'ironie dans cette histoire est que le dirigeant russe agit bien plus politiquement dans ce chaos — nous en apprenant ainsi au passage quelques-unes sur notre propre inconséquence.
En effet, « il ne suffit pas de condamner les abus au nom de la morale, car il y a aussi des abus de la morale », disait Julien Freund. D'une part, à trop culpabiliser un régime, nous le caricaturons, nous nous interdisons une juste compréhension des circonstances politiques. Ainsi cette caricature est-elle une méconnaissance du politique. D'autre part, cet entretien trahit le désir de trouver un coupable plutôt que la volonté de résoudre ce conflit.

En fin de compte, Ayrault s'érige en juge, et non en homme d'Etat.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала