Besoin de plus de lait russe? La génétique entre en jeu

Comment produire plus de lait sans augmenter le bétail? Voilà un casse-tête que la génétique russe promet de résoudre dans un proche avenir.

Blé - Sputnik Afrique
Ce qui rapporte à Moscou plus que les armes
Un groupe de travail comprenant des représentants d'entreprises, du monde scientifique et de l'Etat a mis sur pied un projet qui contribuera à accroître la production de lait de 37% d'ici 2025.

Selon le responsable du travail de coopération avec les entreprises faisant partie du secteur agro-industruel KPMG en Russie et dans la CEI, Vitali Cheremet, la production de lait va croître non pas aux dépends du bétail, mais grâce au développement de la génétique.

Le projet prévoit de créer en Russie, dans les neuf années à venir, un réseau de laboratoires génétiques indépendants et de centres d'élevage, ainsi qu'un système unifié d'identification du bétail.

Le bâtiment du gouvernement russe - Sputnik Afrique
L’Etat russe renonce aux achats de nourriture étrangère
Selon les estimations des auteurs du projet, l'introduction de nouvelles technologies d'ici 2025 accroîtra la consommation de lait cru de 46,9 millions de tonnes, tandis que la part des matières premières importées sera réduite à 9%. Dans le même temps, les volumes de production passeront de 30,8 à 42,2 millions de tonnes.

Il est à noter que l'agriculture russe connaît déjà une croissance remarquable ces derniers temps. La part de l'agriculture dans l'économie russe a augmenté, en dépit de la tendance mondiale. L'une dans raisons de ce boom est l'embargo introduit par la Russie sur les produits alimentaires européens.

Pour la première fois, le pays a gagné plus, en 2015, avec les produits agricoles qu'avec les armes, constate le magazine allemand Der Spiegel.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала