Marcher sur les pas d’un ours: cet acteur d’un nouveau film russe s’y connait!

Dans les yeux des étrangers, l’image de l’ours est indivisible de la culture russe, pourtant elle n’est pas toujours sympathique et peut même faire peur. L’acteur qui a notamment joué le rôle de cet animal dans le nouveau film russe Guardians, en connaît un rayon, car il a travaillé avec celui qu’il incarne…

Les créateurs du nouveau film russe Guardians sur les super-héros voudraient changer la perception stéréotypée de l'ours à jamais et ont fait tout pour réussir ! Ce film, du célèbre cinéaste Sarik Andreassyan, sort dès le 23 février 2017 et est dédié à la fête annuelle de l'armée russe. Dans une interview exclusive accordée à Sputnik, Anton Pampouchny, l'acteur qui incarne le personnage de l'ours, nous dévoile des détails intéressants sur ce film unique dans son genre pour le cinéma russe.

La méthode d'immersion dans le rôle du héros principal du film pour Anton Pampouchny a été une chose terrible et pour une bonne raison : quatre mois d'entrainement en Sibérie avec les ours, cela peut changer votre vie, n'est-ce pas ?

« D'abord, c'étaient les ours qui m'étudiaient, puis c'était à mon tour », rigole l'acteur. « Par ailleurs, ça n'a pas été si difficile que ça, les entrainements. Un homme. Mi-ours, mi-homme. Et un ours immense. Ces deux dernières parties étaient les plus dures. Vivre en animal, obtenir ses traits, sa manière de marcher, de courir, de se battre. Tout ça a été tourné à l'aide de doublures. Jouer un homme était le plus simple, il n'y avait pas tant de mouvements et de cascades », confie-t-il.

Selon lui, les scènes où il a fallu courir, sauter, se bagarrer et qui n'étaient pas dangereuses, ont été effectuées par les acteurs en personne. Les actions les plus pénibles ont été tournées sous la pluie qui compliquait la tâche.

Anton Pampouchny estime également que cela a été son premier rôle de super-héros, ajoutant que son personnage de cinéma préféré est celui du Joker de la série Batman.

Par contre, l'acteur nie toute rivalité directe avec le producteur Marvel, insistant que Guardians est authentique. Le scénario englobe néanmoins certaines images clichées de la Russie à l'égard de l'Occident, comme la vraisemblance du protagoniste avec un ours. En même temps, pour le public européen, l'ours est le symbole de la ville de Berlin… L'un des objectifs majeurs du film est de modifier la perception de cet animal en Europe en une image positive.

« Guardians, qui a suscité une vive réaction après la diffusion de sa bande annonce, (…) prouve qu'un film russe peut intéresser non seulement en Russie et sur le territoire de l'ancien URSS, mais à l'étranger également », continue Anton Pampouchny.

Selon M. Pampouchny, la suite du film, où l'acteur conserve son rôle, est déjà au stade de la préparation en coproduction avec plusieurs pays, qui y seront représentés par des héros nationaux.

Guardians de Sarik Andreassyan reste toutefois une tentative un peu solitaire de rajeunir l'image de la Russie à l'égard de l'Occident par voie cinématographique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала