Ce chef japonais troque la France pour la Russie et ne le regrette pas

© Sputnik . Alexeï KoudenkoKobayashi Katsuhiko
Kobayashi Katsuhiko - Sputnik Afrique
Après avoir passé plus d’une décennie en France et avoir travaillé dans un restaurant étoilé par le guide Michelin, ce chef japonais s’est retrouvé en Russie où il vit depuis voilà 10 ans. Il livre ses impressions sur le pays, son peuple et, bien évidemment, sur les particularités de la gastronomie locale.

Réaliser que l'art culinaire est ta vocation et partir en France, puis quitter le pays de la haute gastronomie pour se faire une place en Russie ? C'est le cas du Japonais Kobayashi Katsuhiko qui vit et travaille dans la capitale russe depuis dix ans déjà et semble ne pas le regretter.

Un métier de prédilection

« Ici, je peux faire confiance aux gens à 100%. Ce sentiment, je ne l'ai jamais éprouvé auparavant ni en France, ni au Japon. Je ne parle pas du laxisme au travail, je suis toujours exigeant dans le milieu professionnel. Je parle de la confiance interpersonnelle. (…) Ici, les gens sont toujours prêts à venir en aide et je vois qu'on m'entend », relate le Japonais Kobayashi Katsuhiko.

Amedeo Cigersa - Sputnik Afrique
Sanctions? Des Italiens n'attendent pas leur levée et déplacent leur business en Russie
Né à Nagano, il a déménagé à 18 ans à Tokyo et c'est là qu'il a pris goût pour la cuisine et ce par un pur hasard. Depuis son plus jeune âge, il aimait créer, aider sa mère à cuisiner et concevoir. Un jour, on lui a proposé de travailler dans une pâtisserie. « Lorsque je m'y suis retrouvé, j'ai désiré tout apprendre sur l'art culinaire. Après le travail, je restais dans la cuisine et expérimentais en créant des gâteaux, des tartes, des biscuits. Je voulais savoir quelle est la composition idéale de chaque dessert. Et lorsque j'ai réalisé avoir assimilé toutes les bases, le temps est venu d'assimiler une technique plus complexe. Je suis parti étudier l'art culinaire à Paris », explique M. Katsuhiko dans un entretien à RIA Novosti.

Arrivé dans la capitale française, Kobayashi Katsuhiko a d'abord travaillé « partout où on avait besoin d'expérience », puis a obtenu le poste de chef dans un restaurant doté d'une étoile au guide Michelin ! « Bien évidemment, y travailler était un plaisir », avoue-t-il aujourd'hui.

Or, malgré cet évident succès professionnel, Kobayashi ne se sentait pas entièrement « chez lui ». La culture française ne devenait pas plus proche… et il a pris une nouvelle décision cardinale — quitter la République.

Au pays du « zen »

La Russie était encore un hasard dans le destin de Kobayashi Katsuhiko. « Il y a 25 ans, j'ai fait une escale à l'aéroport Cheremetievo. L'aéroport était très sombre, à la place des sièges, il y avait alors des bancs. C'est cette image d'une Russie froide que j'avais gardée. Lorsqu'on m'a proposé de venir ici j'ai hésité », explique-t-il aujourd'hui.

Malgré son hésitation, il vient à Moscou d'abord pour une semaine et ne se trompe pas : la ville a dépassé toutes ses attentes. Or, ce qui l'a surtout étonné c'est le zen russe.

« La vie à Moscou était très lente. Lorsque je demandais quelque chose, il se passait une heure, une journée et rien n'arrivait. Ceci concernait aussi bien les collègues que les fournisseurs, les fonctionnaires et les garçons. Tout le monde était décontracté. On me disait : "Pourquoi te précipites-tu ? Relaxe-toi, tout va bien !" ».

Or, il s'est avéré que travailler avec les Russes était agréable malgré cette « décontraction excessive » en comparaison aux normes japonaises.

Nouveaux horizons

Antoine Ducatel - Sputnik Afrique
Un Français balance sur la Russie: "Non, il n’y a pas d’ours à Moscou"
Il vit en Russie et voit comment le pays évolue progressivement, aussi bien que le domaine de la restauration.

Aujourd'hui, il a ouvert son propre café dans le centre-ville et ce malgré les préjugés sur les risques d'une telle entreprise en Russie. Quant aux difficultés qui surgissent, il trouve des solutions pour s'en sortir.

« Après les sanctions, nous avons commencé à nous servir principalement de produits russes. J'ai appris à cuisiner le loup gélatineux (poisson, ndlr) dont j'ignorais l'existence auparavant. Et c'est délicieux. Ça peut paraître étrange, mais cuisiner un bortsch (soupe aux betteraves, ndlr) ou une salade vinaigrette est beaucoup plus difficile : il faut beaucoup expérimenter avant de trouver la clé des habitudes gustatives russes ».

 

La cuisine traditionnelle japonaise ici est différente. Si c'est le minimalisme et la simplicité qui caractérisent les saveurs nippones, en Russie le goût est beaucoup plus éclectique. Ici, il est normal de conjuguer l'inconjugable et Kobayashi Katsuhiko y voit une harmonie et un équilibre.

Pays de la diversité culturelle

Or, cet éclectisme, on ne le trouve pas uniquement dans la cuisine. « La Russie est un pays plus hospitalier que le Japon. C'est lié à l'histoire. En Russie, je vois beaucoup d'Asiatiques, on observe ici un mélange culturel unique. C'est le lac Baïkal qui m'inspire dans ce sens : dans sa partie occidentale vivent les Russes, et à l'est des Bouriates et des chamans. C'est surprenant, vous n'en trouverez pas au Japon ».

Aujourd'hui, c'est plutôt le mode de vie au Japon qui le surprend, quant à l'esprit « de l'anarchie » russe lui est devenu très proche, avoue-t-il.

« En Russie, je me sens plus sécurisé, plus à l'aide. De nombreux Français ne comprennent pas ce que je fais ici. Ils me demandent souvent : "Tu n'as pas froid là-bas ?". Évidemment, j'ai froid, mais c'est très intéressant », conclut-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала