Washington interdit désormais le transfert d'argent liquide à l'Iran

Rançon pour la libération de quatre Américains ou remboursement d’une dette historique? Peu importe désormais la raison pour laquelle Washington a versé une importante somme en cash à Téhéran. Les prisonniers sont libérés et il est désormais possible d’interdire de telles transactions avec l'Iran.

La Chambre des représentants du Congrès américain a adopté jeudi un projet de loi interdisant de verser aux autorités iraniennes de l'argent en liquide, y compris comme rançon pour des otages américains. Le document a été approuvé par 254 membres du Congrès, 163 membres ayant voté contre.

« Ce projet de loi décrète que la politique du gouvernement américain ne prévoit pas le transfert de rançon ni la libération de prisonniers en échange de citoyens américains détenus en otage à l'étranger », est-il expliqué dans un descriptif accompagnant l'initiative.

L'auteur du descriptif, le républicain Ed Royce, qui est aussi président de la commission des Affaires étrangères, précise qu'il est encore interdit de verser au gouvernement iranien de l'argent liquide en dollars américains ainsi qu'en toute autre monnaie étrangère.

President Barack Obama pauses as he speaks to members of the media prior to his meeting with Secretary of State John Kerry and Vice President Joe Biden - Sputnik Afrique
Marché du siècle: pourquoi les USA ont-ils versé 400 M USD en cash à l'Iran?
Le document a été soumis au Congrès après la publication dans la presse d'informations concernant le fait que les autorités américaines avaient payé au total 1,7 milliard de dollars après la libération de plusieurs prisonniers américains. Le premier avion, avec à son bord 400 millions de dollars, était arrivé en Iran le 17 janvier, suivi de deux autres, les 22 janvier et 5 février, transportant l'équivalent d'un autre 1,3 milliard de dollars en liquide. Le remboursement a été fait en euros, francs suisses et autres monnaies, car toute opération en dollars était interdite entre Téhéran et Washington.

Washington a reconnu avoir versé à Téhéran une somme juteuse, mais a démenti qu'il s'agissait d'une rançon pour la libération de prisonniers américains.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала