Référendum sur la Constitution: quel avenir pour l’Azerbaïdjan?

© Flickr / Niyaz BakılıBakou
Bakou - Sputnik Afrique
Un référendum sur la réforme constitutionnelle a eu lieu lundi 26 septembre en Azerbaïdjan, dont les résultats seront rendus publics d'ici le 21 octobre. Selon les résultats non officiels, les Azerbaïdjanais ont approuvé une extension du mandat présidentiel à sept ans, et la création des postes de Premier vice-président et de vice-président.

Les amendements à la Constitution proposent de faire passer le mandat présidentiel de 5 à 7 ans, d'accorder au dirigeant le droit de dissoudre le parlement, de nommer le premier vice-président, ainsi que d'annoncer des élections anticipées. Selon les experts contactés par le média russe RT, la nouvelle Constitution permettra à l'actuel président azerbaïdjanais Ilham Aliev de renforcer ses positions dans le pays et de « sécuriser » son poste pour ses successeurs.

« Aliev souhaite conserver le pouvoir entre les mains d'un seul clan », estime Andreï Manoïlo, professeur à l'Université d'État Lomonossov de Moscou, docteur en sciences politiques et membre du Conseil scientifique auprès du Conseil de sécurité de Russie.

Встреча с азербайджанскими спортсменами-участниками летних Паралимпийских игр 2016 года - Sputnik Afrique
L'Azerbaïdjan refuse les quotas confisqués aux paralympiens russes
« L'Azerbaïdjan a tiré les leçons de la situation en Ouzbékistan (Islam Karimov, qui a dirigé le pays pendant plus de 25 ans, est décédé le 2 septembre 2 016 sans nommer sans successeur) et a pris la bonne décision: quand on veut garder un régime inchangé il faut le sécuriser. Dans l'ensemble, cela aide à stabiliser la situation politique, ce qui est bénéfique pour le pays », estime l'expert.

Selon Tchinguiz Ganizade, membre du Comité pour les questions juridiques et politiques, « l'organisation du référendum s'explique par la nécessité de renouveler le système économique et de suivre l'exemple des pays avancés ».

« Nous nous sommes basés sur l'exemple des normes internationales, de certains États occidentaux ainsi que de la Russie. Ces amendements permettront de diriger l'État de manière plus active et flexible. C'est un pas vers la société démocratique », indique-t-il.

Thomas de Waal, spécialiste du Caucase de la fondation Carnegie, estime que ce référendum est une opportunité pour le président en place non seulement de prolonger son mandat, mais également de « créer une structure verticale du pouvoir plus formelle».

« Pourquoi maintenant? Parce que l'économie azerbaïdjanaise est faible à cause des cours pétroliers bas. L'Azerbaïdjan n'est pas un État démocratique, l'opposition est assez insignifiante et l'une des tâches du référendum consiste à s'en débarrasser définitivement », analyse-t-il.

L'expert souligne également que ce référendum n'affectera pas les relations avec la Russie, qui resteront tout aussi solides et confiantes.

Fethullah Gülen - Sputnik Afrique
Un groupe soupçonné de liens avec le prédicateur Gülen arrêté en Azerbaïdjan
Alexandre Chatilov, doyen de la faculté de sociologie et de politologie à l'Université des finances près le gouvernement russe, affirme que si l'amendement concernant la nomination d'un vice-président par le chef de l'État était approuvé, un sérieux « travail de ressources humaines » attendrait Aliev.

« Il devra chercher une candidature déjà très liée au système car, d'après la pratique mondiale, ceux qui se retrouvent au poste de vice-président ont hâte de lancer leur propre jeu dans l'administration », ajoute-t-il.

Le directeur du Centre d'études du Caucase auprès de l'Université d'État des sciences humaines de Russie Ismaïl Agakichiev estime qu'il faut « rajeunir » différentes branches du pouvoir.

« L'arrivée de jeunes au parlement ou dans l'exécutif apporte une nouvelle façon de réfléchir, il est plus facile d'opérer des réformes avec de tels individus », déclare l'expert.

« Contrairement au référendum précédent, une plus grande attention est accordée cette fois aux droits de l'homme ainsi qu'aux petites entreprises », selon le directeur du Fonds d'études constitutionnelles Alimammed Nouriev.

« Le progrès économique nécessite des changements constitutionnels. Dans ce référendum ils concernent deux blocs: les droits de l'homme et le renforcement de l'activité entrepreneuriale sur le plan juridique et économique. Cela demande des changements de structure de l'administration, des réformes opérationnelles et modernes. Dans ce cas, l'économie serait encore plus prometteuse », ajoute-t-il.

Une forte explosion dans une usine d'armement en Azerbaïdjan - Sputnik Afrique
Une forte explosion dans une usine d'armement en Azerbaïdjan, des blessés
Rappelons que le dernier référendum azerbaïdjanais s'est tenu en 2 009 et concernait le paragraphe 5 de l'article 101 de la Constitution, à savoir les fondements de l'élection présidentielle. Plus de 91 % des votants se sont prononcés pour les amendements suivants: « Si les opérations militaires en temps de guerre ne permettent pas d'organiser l'élection du président de la République azerbaïdjanaise, le mandat présidentiel est prolongé jusqu'à la fin des opérations ».

Le référendum azerbaïdjanais a été validé avec un taux de participation de 30,6 %. Les résultats seront annoncés par la Commission électorale centrale d'ici le 21 octobre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала