Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'Otan envisage de contenir la Russie dans l'Arctique

© Sputnik . Igor AgeyenkoLes forces armées arctiques russes
Les forces armées arctiques russes - Sputnik France
S'abonner
L’Alliance atlantique, ainsi que la Norvège et les responsables politiques américains, s'inquiètent de l'activité de la Russie dans la région de l'Arctique. Washington a publiquement admis qu’il élaborait un plan de dissuasion pour contenir Moscou dans les latitudes septentrionales.

L'amiral Haakon Bruun-Hanssen estime que la Norvège doit renforcer la surveillance des nouveaux sous-marins, des navires et des avions russes. Les responsables de l'Otan partagent complètement la position de leur homologue norvégien, informe le journal américain Wall Street Journal.

Bombardier B-52 - Sputnik France
Des B-52 s'approchent de bases militaires russes dans l'Arctique

Ainsi, ils ont déclaré que l'Alliance avait déjà intensifié les exercices navals dans le cadre de sa stratégie de dissuasion de l'« agression russe. »

Dans le même temps, en février 2016, le États-Unis ont admis publiquement qu'ils considéraient les options pour contenir les forces armées russes dans les eaux nordiques. C'est le général américain quatre étoiles, Philip Breedlove, commandant des forces des États-Unis en Europe et du Grand quartier général des puissances alliées en Europe, qui l'a déclaré.

« Nous considérons la possibilité de contenir la Russie dans l'Arctique. Les prétentions de la Russie ne touchent pas directement les États-Unis, mais elles affectent trois de nos alliés », a martelé le général, sans toutefois précisé comment Washington envisageait de dissuader la Russie.

L’Arctique risque-t-il un réchauffement - militaire ou autre?

Un autre général américain, Paul Selva, vice-chef d'état-major des armées des États-Unis, a estimé pour sa part que le pays n'était pas prêt à se battre sur ce front.

Dans un entretien à Business Insider, il a déclaré que pour résoudre ce problème, les États-Unis avaient besoin de construire de nouveaux brise-glaces. De fait, le Pentagone ne dispose que de deux brise-glaces, alors que Moscou en a plus de 20.

« Nous ne sommes pas au même niveau que la Russie. De plus, nous ne participons pas à ce jeu », a commenté le commandant de la Garde côtière des États-Unis, Paul Zukunft.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала