Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les pilotes chinois vont apprendre à lire le russe

© Sputnik . Vitaliy Ankov / Aller dans la banque de photosThe Sukhoi Su-35S fighter jet
The Sukhoi Su-35S fighter jet - Sputnik France
S'abonner
Moscou et Pékin ont concerté les conditions et la composition des livraisons des chasseurs russes Su-35 en Chine: le client souhaite que toutes les informations dans le cockpit soient affichées en russe.

La Chine teste son dernier chasseur à la frontière indienne… - Sputnik France
La Chine teste son dernier chasseur à la frontière indienne…
Selon Guivi Djandjgava, vice-directeur général du Holding des technologies radioélectroniques, les consultations et les négociations ont abouti à une décision définitive de fournir à la Chine la même version des chasseurs que celle des forces aériennes russes. La seule différence du modèle destiné à Pékin résidera dans l'intégration du système chinois de navigation par satellite BeiDou. Toutes les procédures d'affichage de données resteront en russe. L'armée chinoise recevra les premiers Su-35 d'ici la fin de l'été prochain.

D'après Guivi Djandjgava, le cockpit du Su-35 est « en verre »: le boîtier contenant les indicateurs et les moniteurs est remplacé par plusieurs écrans qui affichent des données nécessaires à un tel ou tel moment. Cependant, certaines indications et commandes affichées en hiéroglyphes sur les écrans du Su-35 se sont avérés trop petites, vagues et donc illisibles. On pourrait résoudre ce problème grâce à des écrans plus larges mais il s'agirait d'un cockpit tout à fait différent — ce qui nécessiterait du temps et des fonds supplémentaires pour la conception et les essais. Les partenaires chinois étaient contre et — suite aux consultations avec les pilotes chinois — il a été décidé de laisser tout dans l'état actuel, c'est-à-dire avec des écrans en cyrillique.

Встреча отряда кораблей Тихоокеанского флота во Владивостоке - Sputnik France
Union entre l'ours et le panda, les USA dubitatifs?
«  Le problème, avec le chinois, est que certains mots et abréviations sont intraduisibles faute de termes nécessaires ou de leur interprétation, explique Vadim Koziouline, professeur de l'Académie des sciences militaires. Les pilotes chinois sont tout simplement incapables de les comprendre après traduction. Il n'y a pas de problèmes similaires s'il s'agit de passer de l'alphabet latin au cyrillique ou vice-versa ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала