Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

A la recherche d'un nouveau nom pour l'empereur du Japon

© REUTERS / Kim Kyung-HoonAkihito, l'empereur du Japon
Akihito, l'empereur du Japon - Sputnik France
S'abonner
La loi sur la famille impériale en vigueur au Japon ne permet pas d'abdication délibérée mais Akihito va tout de même quitter le trône à cause de son âge avancé et de son état de santé.

Les experts du gouvernement japonais songent donc déjà à un nouveau nom pour l'empereur Akihito après son abdication volontaire. Si le monarque perdra son statut actuel, il ne sera certainement pas un retraité ordinaire…

La question relative au statut et au nouveau titre d'Akihito sera examinée par une commission spéciale auprès du gouvernement japonais qui se réunira à partir du 17 octobre.

Le premier ministre du Japon Shinzo Abe - Sputnik France
Tokyo rejette la tutelle US dans ses négociations avec Moscou
La loi sur la famille impériale, en vigueur depuis 1947, ne permet pas d'abdication délibérée: le trône de "la plus ancienne dynastie du monde" peut être transmis uniquement à un héritier après le décès du monarque. Toutefois en août 2016, Akihito, 82 ans, a laissé entendre qu'il souhaitait renoncer à son titre et à son statut de son vivant.

Dans son allocution, le monarque avait déclaré que son état de santé et son âge avancé ne lui permettaient pas de remplir à part entière ses devoirs de « symbole de l'État et de l'unité du peuple », tel que la Constitution définit le statut de l'empereur. Cette intervention a suscité une vague de compassion auprès de la population qui, d'après les sondages, a approuvé l'intention d'Akihito.

4th-century copper coin from ancient Rome after it was unearthed in Japan's Okinawa island together with other coins. - Sputnik France
Des monnaies romaines découvertes au Japon
L'interdiction d'abdication de son vivant a été instaurée au Japon à la fin du XIXe siècle, pendant la vague de modernisation du pays selon le modèle occidental. A cette époque l'empereur possédait d'importants pouvoirs de chef d'État — les réformateurs craignaient que le mécanisme d'abdication puisse être utilisé par des forces politiques concurrentes pour manipuler le monarque ou pour placer « leur homme » sur le trône.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала