Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Du bœuf pour les réfugiés, solution à la crise bovine ?

© AFP 2021 Thierry Zoccolan Du bœuf pour les réfugiés, solution à la crise bovine ?
Du bœuf pour les réfugiés, solution à la crise bovine ? - Sputnik France
S'abonner
L’Europe devrait distribuer ses surplus de viande dans les principaux pays d'accueil aux réfugiés syriens afin de faire remonter les cours de la viande bovine. Trois ministres de l'Agriculture ont avancé cette proposition. Le projet a-t-il des chances d’aboutir et répond-il aux enjeux des éleveurs?

Dans un communiqué en date du 16 octobre, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, ainsi que ses homologues allemand (Christian Schmidt) et polonais (Krzysztof Jurgiel), ont enjoint la Commission européenne à redistribuer le surplus de production de viande bovine au bénéfice des pays faisant face à un afflux de Syriens fuyant la guerre, au premier rang desquels la Turquie, le Liban et la Jordanie.

Les agriculteurs - Sputnik France
Le secteur agricole français ne voit pas la sortie de la crise
Une position commune des trois ministres qui fait suite à leur rencontre au Mans vendredi, dans un format dit « sommet de Weimar », afin de s'accorder avant les prochains conseils européens des ministres de l'agriculture. Une rencontre consacrée à « la situation des différents secteurs qui traversent des difficultés, notamment le lait et la viande bovine ».

Une situation pour les éleveurs, particulièrement difficile, sur laquelle revient Michel Manoury, éleveur de bovins dans l'Orne et Président de la Coordination Rurale Section Viande à Interbev, l'association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes:

« Cela ne va plus du tout, ça fait 5 ans qu'ils n'ont plus de revenu. On s'y intéresse très peu, même monsieur le Foll dans le plan de mesures qu'il nous a mis en place les mesures sont dérisoires pour la filière viande — dérisoires! — on croirait qu'on n'existe plus ».

En sommes, faire d'une pierre deux coups: outre sa dimension humanitaire, ce « programme en nature à destination des réfugiés » permettrait de s'attaquer en partie à la crise que traverse la filière bovine dans l'Union européenne: moins d'excédents afin de provoquer une remontée des cours.

Mais si la mesure semble partir d'une double bonne volonté, aider les migrants tout en donnant un coup de pouce aux éleveurs, peut-elle résoudre le problème de fond? Ne parlons même pas de la crise en Syrie et de l'afflux de réfugiés à nourrir, crise dans laquelle l'Europe a sa notre part de responsabilité, mais des raisons de la crise bovine, là aussi passée sous silence par les médias, à quelques exceptions — stigmatisantes — près.

Salon de l'Agriculture - Sputnik France
Manuel Valls accueilli dans le calme au Salon de l'agriculture
La tendance n'était déjà pas très bonne, dans un contexte national d'augmentation continue des charges pesant sur les éleveurs, couplé à un appauvrissement des consommateurs, entrainant à la fois une diminution de la consommation et une difficulté pour les producteurs à écouler leurs produits. Le tout s'inscrit de plus dans un contexte européen de libre-concurrence, auquel le poids des contre-mesures économiques russes décrétées en réponses aux sanctions européennes est venu s'ajouter.

Michel Manoury pointe du doigt le régime de sanctions et ses répercussions sur la filière bovine:

« Ça été un des gros problèmes. On a sacrifié notre agriculture à ce moment-là: ça été le porc, nous la viande bovine… Dès que le boycott est arrivé on savait très bien que c'était l'agriculture qui allait en payer le principal tribut. Rien n'a été fait à part des petits trains de mesures… qui ne résolvent pas le problème de la filière, ce dont on a besoin c'est de clients, c'est tout! Déjà au niveau européen, mais aussi au niveau mondial… mais on n'arrive pas à percer! Pourquoi? Peut-être à cause de prises de positions qui ne sont pas toujours les bonnes ».

En effet, si le cours de la viande s'effondre aujourd'hui, ce n'est pas parce que les Français se désintéressent soudainement de la viande, mais parce que les abattoirs tournent à plein régime. Là encore, ce n'est pas parce que l'année a été exceptionnellement productive pour les éleveurs, c'est tout simplement parce que les producteurs laitiers, qui peinent à écouler leur stock de lait, vendent aux abattoirs leurs vaches laitières dans une ultime tentative de contrebalancer une tendance mortifère pour leur filière.

Ferme - Sputnik France
290 millions d'euros d'aide supplémentaires aux éleveurs
En début de mois, Guy Hermouet, Président de la Section bovins d'Interbev, revenait sur l'ampleur du phénomène. Le représentant expliquait à nos confères du Figaro que la diminution de la production laitière, dûe aux contre-sanctions russes, avaient envoyé dans les abattoirs européens un surplus de… 250.000 vaches laitières, dont la viande est vendue moins cher en grande surface.

Ce sont en effet un million de vaches laitières de plus qu'en 2015 qui seront abattues en 2016 dans l'ensemble des 28 pays membres de l'UE, afin de réduire drastiquement la production et soutenir ainsi les cours du lait, selon la Fédération Nationale Bovine.

Un afflux de viande bon marché qui vient ainsi accentuer une tendance morose. En août déjà, les éleveurs tiraient le signal d'alarme: sur les 80 000 exploitations spécialisées dans la viande bovine que compte la France, 30 000 seraient au bord de la faillite. Un « état de quasi-faillite » sur lequel insistait Guy Hermouet auprès du Figaro. Un phénomène sur lequel revient à notre micro Michel Manoury:

« En ce moment on est peut-être à plus de 100 000 vaches — en races à viande, je ne parle pas en laitières — qui sont restées en stock dans les cours de fermes, qui ont du mal à partir ou qui vont partir à un prix dérisoire ».

La mesure de le Foll peut certes aider les producteurs de viande. Si écouler 2 à 3 % de la production de viande ferait remonter le court de celle-ci de 5 %, comme l'explique Jean-Christophe Bureau, spécialiste en économie agricole, qu'en est-t-il des producteurs de lait qui sacrifient aujourd'hui — à perte — leur cheptel?

La question qui demeure est aussi de savoir comment cette proposition va être reçue par Bruxelles. Depuis l'entrée en vigueur du traité de Maastricht, il y a presque 23 ans, les autorités européennes de la concurrence ont toujours fait preuve de zèle quant au respect de la libre concurrence et à « l'ouverture totale du marché agricole ». La mesure en question, même « en nature », s'apparente bien à un coup de pouce, avec une répercussion sur les marchés, bref à une infraction au dogme.

Une politique européenne vis-à-vis de laquelle Michel Manoury exprime une certaine amertume, responsable selon lui de la situation des éleveurs français:

« Elle nous a complètement oublié nous autres les producteurs de viande, […] on avait tout un historique d'aides qui soutenaient le prix de la viande qu'a été enlevé et rien n'a été préparé derrière pour nous permettre de faire face. En plus on a pu faire augmenter la viande auprès de la distribution ou des abatteurs puisqu'on est aussi sur un pouvoir d'achat en berne en France ».

Cette idée de mettre en place une aide humanitaire en nature avec leurs surplus de production avait déjà été lancée par les éleveurs début octobre, à l'occasion du Sommet de l'élevage en Auvergne. Une proposition relayée par Interbev, à laquelle Phil Hogan — Commissaire européen à l'agriculture et au développement rural — aurait adressé une fin de non-recevoir selon un professionnel de la filière, relate le Figaro.

calendrier  avec les prix d'achat de la viande de porc - Sputnik France
Exsangues, les éleveurs de porc bretons n'en ont pas fini avec la crise
Le 16 octobre, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture de l'Agroalimentaire et de la Forêt a défendu au micro de France 3 l'accord de libre-échange « CETA » entre l'Union Européenne et le Canada, pendant du célèbre « TAFTA ». Il sera soumis le 18 octobre à l'approbation du Conseil des ministres du Commerce de l'Union Européenne. Encore un accord qui s'accorderait mal avec des subventions déguisées, aussi nécessaires fussent-elles.

Dans un rapport de l'AITEC, Attac France, la Confédération Paysanne, la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme et Les Amis de la Terre, le « CETA », que le gouvernement français souhaite une application « provisoire » dès cet hiver, comme un « coup de massue supplémentaire » pour les éleveurs, via notamment le démantèlement des droits de douane dans les secteurs bovin et porcin et l'augmentation des importations autorisées.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала