Ankara réaffirme sa volonté de participer à l'opération de Mossoul

© REUTERS / Umit BektasRecep Tayyip Erdogan, président turc.
Recep Tayyip Erdogan, président turc. - Sputnik France
Tayyip Erdogan a rappelé aux Etats-Unis qu'ils étaient entrés en Irak en 2003 sans être invités par Saddam Hussein.

La Turquie a autant de droits de participer à la libération de Mossoul que les États-Unis, qui sont entrés en Irak en 2003 sans y être invités par le président de l'époque, Saddam Hussein, a déclaré le chef de l'État turc Recep Tayyip Erdogan.

Auparavant, le président turc a annoncé que son pays ne pouvait pas rester indifférent aux événements qui se déroulent chez son voisin irakien et voulait prendre part à l'opération visant à libérer la ville de Mossoul. Les autorités irakiennes s'opposent à la présence de troupes turques basées à Bashiqa, dans le nord de l'Irak. Plus tard, le département d'État américain a déclaré que toutes les forces internationales en Irak devaient agir conformément aux ententes avec les autorités du pays et ayant obtenu leur autorisation.

La ville irakienne de Mossoul - Sputnik France
Erdogan promet d'envoyer des troupes pour prendre d’assaut Mossoul

« Les pays participant à l'opération de Mossoul n'ont aucun lien avec la région et agissent pour la seule raison qu'ils y ont été invités par Bagdad. Pourquoi alors les autorités d'Irak n'ont-elles pas refusé la présence ce ceux qui se trouvent dans le pays sans aucune invitation ? Est-ce qu'ils (États-Unis) étaient invités par Saddam Hussein, il y a 14-15 ans ? Néanmoins, ils sont entrés dans le pays. Le sang a été versé, plus d'un million de personnes ont trouvé la mort. Les forts de ce monde agissent selon les lois qui répondent à leurs intérêts », a déclaré le président turc intervenant au congrès juridique international à Istanbul.

Selon le chef de l'État turc, le refus des autorités irakiennes de faire participer la Turquie à l'opération de Mossoul peut être expliqué par la volonté de ne pas permettre à Ankara d'empêcher les plans d'attiser la confrontation interconfessionnelle sous prétexte de la lutte contre Daech.

« Nous ne pouvons pas permettre à qui que ce soit d'opposer les chiites aux sunnites », a martelé le président turc.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала