Ouverture d’un lycée français à Tartous : retour de la francophonie en Syrie

© SputnikOuverture d’un lycée français à Tartous
Ouverture d’un lycée français à Tartous - Sputnik France
Après une baisse de la francophonie en Syrie suite à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en 2011, le lycée à Tartous qui vient d’ouvrir est censé marquer un véritable retour de la France en Syrie. La conseillère consulaire Fabienne Blineau nous présente cette inauguration.
© SputnikInauguration d’un lycée français à Tartous
Inauguration  d’un lycée français à Tartous  - Sputnik France
Inauguration d’un lycée français à Tartous

Un troisième lycée français en Syrie, l'événement est exceptionnel! L'établissement a ouvert ses portes le 26 octobre à Tartous, dans l'ouest du pays. Après celui de Damas et celui d'Alep, dont il est statutairement une annexe, ce sera donc le troisième en activité dans le pays et ses fondateurs nourrissent l'espoir que son inauguration marque le grand retour de la francophonie en Syrie. Une francophonie ouverte, puisque le logo du lycée, qui sera présenté très bientôt, est axé sur trois cultures: francophone, anglophone et syrienne.

Au-delà de la communauté éducative et consulaire française, ce lycée a fédéré les bonnes volontés, comme celle de l'association SOS Сhrétiens d'Orient, qui a offert son soutien au programme. Mme Blineau indique que l'association a travaillé sur l'ouverture du lycée depuis le mois d'avril. Elle tient de plus à remercier les quatre personnes qui ont contribué à ce projet exceptionnel: le Dr Émile Katti, Georges Hallak, Georges Bachoura, Hala Chawi et Patrick Joseph.

© Sputnik
  - Sputnik France

« Tout est parti grâce à une Française à Tartous qui m'a demandé de venir la voir. Et puis elle m'a fait ressentir qu'il y avait beaucoup de francophones, de Français », raconte-t-elle.

« Notamment à Tartous, il y a beaucoup de Français qui sont venus de départements et territoires français à l'étranger, de Martinique. Plusieurs francophones d'Alep ont déménagé à Tartous. J'ai rencontré l'évêque libanais de Tartous, il m'a aussi dit qu'il avait beaucoup de francophones dans sa paroisse. Et j'ai ressenti un besoin de francophonie notamment à Tartous. »

© Sputnik
  - Sputnik France

Et cette école a vu le jour dans des conditions difficiles. Encore maintenant, elle manque de professeurs de CP, de maternelle, d'histoire-géo ou encore de musique, selon l'association humanitaire SOS Chrétiens d'Orient, qui diffuse en France des annonces pour ces postes sur les réseaux sociaux.

Actuellement, le lycée de Tartous est encore un petit établissement: il n'y a que 30 élèves, de la petite section à la première et il n'y a pas encore de terminale. En ce qui concerne la nationalité des professeurs, ils sont soit Français, soit franco-syriens et beaucoup d'entre eux viennent de l'Université de Lattaquié. Une faculté qui bénéficiait d'échanges réguliers avec les universités françaises, lesquels ont permis à certains professeurs d'aller en France. Ainsi, ils ont travaillé dans des collèges et lycées français avant de revenir en Syrie et travailler à Tartous.

© Sputnik
  - Sputnik France

Selon Fabienne Blineau, il est donc important de préserver les échanges culturels et linguistiques entre les pays, il faut penser à l'avenir des jeunes syriens. Elle constate que ce soit à Homs, Damas ou Lattaquié, que le niveau de français baisse, et c'est une conséquence directe de l'embargo:

« C'est important parce que j'aime mon pays, j'aime quand il brille à l'étranger, mais c'est aussi important pour des raisons politiques. Quand on décide d'introduire l'embargo, on le décide sur le moment, mais il faut penser à l'avenir. »

© Sputnik
  - Sputnik France

Les jeunes syriens sont l'avenir de ce pays, estime Mme Blineau, et elle est convaincue que le lycée contribuera à leur développement:

« Tous ces jeunes qui vont faire leur scolarité dans un enseignement français, ce sont des jeunes qui vont apprendre les valeurs françaises. Ils auront leur scolarité pas seulement en français, mais ils suivront la scolarité syrienne. Ils vont également avoir toute une culture en français, ils vont aimer la France et ils vont faire le choix d'aller faire leur études à l'université en France ou à l'étranger. Mais ils resteront en Syrie, c'est du long terme. C'est travailler sur une jeunesse syrienne. Ce ne sont que des jeunes syriens, il n'y a pas d'expatriés français. Il faut travailler sur l'avenir entre nos deux pays. »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала