Une famille «négligée» reçoit les clés d’un palais de 473.000 EUR

© Photo PixabayUne famille «négligée» reçoit les clés d’un palais de 473.000 EUR
Une famille «négligée» reçoit les clés d’un palais de 473.000 EUR - Sputnik France
Au Royaume-Uni, une famille de dix personnes dont le père déclarait qu’ils étaient «négligés» a été relogée dans une véritable maison de rêve aux frais de la municipalité locale s’il vous plaît.

Suite à de nombreuses plaintes concernant l’« étroitesse » de leur maison de trois chambres à Luton, Arnold Sube, sa femme Jeanne et leurs huit enfants ont déménagé dans une grande maison particulière à Milton Keynes, dont le prix s’élève à 425 000 livres sterling (environ 473 000 euros).

Les voitures Porsche - Sputnik France
Un magnat du diamant indien donne à ses employés 1.200 voitures et 400 appartements

Et ce choix était bien conscient. Avant d’emménager pour de bon dans leur nouvelle maison, la famille, dont le revenu annuel est de 44 000 livres sterling (environ 49 000 euros), avait refusé trois propositions. Ce refus lui a valu un ultimatum de la part de l’administration de Luton : soit ils acceptent d’y déménager, soit ils se retrouvent à la rue.

Ainsi, la famille habite aujourd’hui dans une maison individuelle avec quatre chambres doubles, une buanderie, un garage, un jardin et une allée. En principe, l’entretient d’une maison de ce type coûte 1 200 livres sterling (environ 1 300 euros) par mois, mais la famille a été exemptée de payer les factures. 

​Une décision qui a provoqué la colère des Britanniques et des fonctionnaires.

« Les familles à travers le Royaume-Uni ne rêvent même pas de s’offrir une aussi grande maison. Pourtant, ils doivent débourser pour que d'autres puissent vivre comme des rois », a déclaré le député conservateur David Morris.

En outre, avant de déménager à Milton Keynes, les Sube ont été hébergés par l’hôtel Hampton à Luton. Tous les frais, soit environ 66 000 euros, ont été défrayés par la municipalité de la ville.

New Delhi - Sputnik France
New Delhi étouffe dans un smog après la fête des lumières Dvali

« Je ne suis pas un avare. Ils essaient de dire que nous sommes avares, mais ce n’est pas vrai. (…) Nous voulons juste une maison pour les enfants », a commenté M. Sube.

Auparavant, il travaillait dans un entrepôt en France, où il pouvait louer une maison.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала