Après une Hillary «Française», Donald Trump joue la carte juive biélorusse

Les candidats à la présidentielle américaine s'avèrent chercher leurs racines partout, sauf aux États-Unis. Du coup, quoi qu'ils affirment depuis la tribune, il est difficile de réécrire l'histoire, et c'est ainsi qu'Hillary s'est lancée à la recherche de ses ancêtres en France et Donald en Biélorussie...
Donald Trump - Sputnik Afrique
Trump annonce sa première victoire

Quand cet été le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, a tenté de défendre son beau-père contre les accusations d'antisémitisme qui pleuvaient sur lui, il a déclaré aux critiques et aux électeurs américains qu'il était lui-même juif et que ses parents, qui avaient traversé l'Holocauste, savaient bien ce qu'était le véritable antisémitisme. Il a raconté comment son arrière-grand-père et sa grand-mère avaient fui le ghetto de Novogroudok avant d'entrer en résistance dans les forêts biélorusses.

L'histoire des partisans Bielski n'est pas seulement celle de la résistance, mais avant tout celle d'un sauvetage.

L'agence Sputnik Belarus a profité de l'occasion pour révéler les détails de l'histoire biélorusse de la famille Kushner, apparentée au candidat à la présidence américaine Donald Trump.

Le chef de famille, Seidel Kushner, fabriquait des produits en fourrure. Il avait trois enfants: un fils, Honen, et deux filles, Lea et Rae, la future grand-mère de Jared, aujourd'hui gendre de Donald Trump. A cette époque à Novogroudok, comme dans la plupart des villages biélorusses, les Juifs représentaient plus de la moitié de la population.

« Les Kushner se sont retrouvés dans le ghetto comme les autres. Ils y sont venus sur ordre, le 7 décembre 1941. L'ordre avait été affiché la veille dans les rues », a raconté à Sputnik l'ex-directrice et fondatrice du Musée de la résistance juive de Novogroudok Tamara Verchitskaïa. Suite à cette sélection, sur 6 000 Juifs de Novogroudok seulement 1 500 étaient encore vivants à la fin de la journée et se sont retrouvés ensuite dans le ghetto.

La sélection : ces deux questions qui n'avaient pas trop d'importance

Hollande espère une victoire de Clinton - Sputnik Afrique
Clinton et Hollande avaient des ancêtres communs en France

La sélection opérée dans le ghetto consistait à répondre à deux questions posées par un officier allemand: la profession et le nombre d'enfants. La réponse des victimes potentielles n'avait pas beaucoup d'importance.

« Le père et l'oncle de Jack Kagan (ancien prisonnier du ghetto et millionnaire britannique qui a aidé à reconstituer l'histoire du ghetto de Novogroudok) étaient cordonniers et avaient chacun deux enfants. Même profession et même nombre d'enfants, donc. Mais une famille a été fusillée alors que celle de Jack est restée en vie. Les nazis n'avaient pas de logique. C'est la peur qui était déterminante. Si vous l'affichiez, alors vous n'aviez plus aucune chance », explique Tamara Verchitskaïa.

Les Kushner ont passé la sélection pour se retrouver d'abord dans le ghetto ouvert de Peresseka, puis parmi les 500 « chanceux » qui ont été transportés à l'été 1942 vers un camp de travail. Ceux qui n'ont pas été envoyés dans ce camp ont été exécutés dans les six mois.

Des fusillades à la place du pain

French President Francois Hollande - Sputnik Afrique
Amérique, sois tranquille! François Hollande a confiance en toi...

Dans le ghetto de Novogroudok, hormis les assassinats mineurs, les raids et les pogroms routiniers, il y a eu quatre massacres dont le dernier, le 7 mai 1943, a eu lieu au camp de travail. La veille avait été établie une liste de 250 personnes — soit près de la moitié de tous les prisonniers. Dans la matinée, ils ont été envoyés pour recevoir du pain supplémentaire et les autres ont été sortis dans la cour. Dans cette foule se trouvait l'épouse de Seidel, Hinda, et son fils Honen.

« De derrière la barrière, Hinda a commencé à appeler Seidel et ses filles à la rejoindre pour mourir ensemble. Les Juifs religieux avaient parfois une telle réaction, une sorte de résignation. Mais pas à cause de la peur ou de l'indifférence. Ils percevaient tout cela comme une punition de Dieu pour une conduite indigne. Mais Honen a sauté par-dessus la barrière et s'est caché », raconte Tamara Verchitskaïa.

Des cuillères pour creuser

La fuite du ghetto de Novogroudok est considérée comme le plus important et le plus réussi des sauvetages de Juifs sur les territoires occupés, rappelle Tamara Verchitskaïa.

« Le plus célèbre tunnel d'Europe a été construit pour 60 personnes de l'élite aux abords de Paris. Mais elles ne pouvaient pas fuir: quelqu'un aurait toujours pu trahir le secret. Or ici, il a été décidé que tout le monde devait fuir! », raconte la fondatrice du musée.

Le tunnel, long de 200 mètres, a été creusé pendant quatre mois avec des cuillères, des fourchettes et des bouts de fer.

Les partisans

Les partisans juifs représentent une histoire à part. La lutte contre l'ennemi, en prenant l'exemple des frères Bielski, n'était pas leur principal objectif. Avant la guerre, Novogroudok était un village juif classique.

« Tous les autres partisans agissaient uniquement avec une seule motivation — combattre l'ennemi. Le groupe Bielski avait pour but de sauver les Juifs. Initialement ils ne prévoyaient aucune résistance, ils étaient partis dans la forêt pour survivre. Tuvia (chef du groupe) leur disait: "Je ne promets pas que vous pourrez survivre mais si vous mourez, vous le ferez comme des hommes" », explique Tamara Verchitskaïa.

Donald Trump - Sputnik Afrique
Présidentielle US: l’arme secrète de Trump dévoilée

Au sein du groupe, Rae Kushner a fait la connaissance de son futur époux Joseph Berkovitch, qui a rejoint les frères Bielski en 1944. Avant d'émigrer aux États-Unis, Berkovitch a pris le nom de Kushner.

« Pendant la dernière visite de Charles (fils de Rae et de Joseph, milliardaire américain), j'ai appris pourquoi Berkovitch était devenu Kushner. Selon lui, c'était pour faciliter l'obtention des documents nécessaires aux USA… Mais je pense, même si Charles ne l'a pas dit, que le statut a joué son rôle. Les Kushner étaient des gens aisés, alors que Berkovitch était d'une famille pauvre », suppose Tamara Verchitskaïa.

La présidentielle se déroule aujourd'hui aux États-Unis. La Maison Blanche est briguée par la candidate du Parti démocrate Hillary Clinton, ancienne Première dame des États-Unis puis secrétaire d'État, et son rival républicain, le magnat de l'immobilier Donald Trump.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала