USA: la Chambre des représentants vote le renouvellement des sanctions contre l'Iran

© AFP 2022 SAUL LOEBUS Capitol dome
US Capitol dome - Sputnik Afrique
Les députés américains ont adopté un projet de loi renouvelant pour dix ans les sanctions visant Téhéran, vieilles de plus de 37 ans.

Donald Trump - Sputnik Afrique
Trump révisera l'accord sur le nucléaire iranien
La Chambre des représentants des États-Unis, à majorité républicaine, a voté mardi en faveur de la prolongation des sanctions contre l’Iran pour 10 ans.

419 représentants contre un ont voté pour le renouvellement des sanctions contenues dans l'« Iran Sanctions Act » (ISA), qui expire le 31 décembre, annonce Reuters.

Pour entrer en vigueur, le projet de loi doit encore être ratifié par le Sénat, une étape susceptible d'être plus ardue, et signé par le président sortant Barack Obama. Selon le chef d’État, les relations entre Washington et Téhéran ne sont pas encore revenues à la normale.

Le régime des sanctions américaines contre l’Iran a été introduit en 1979.

L'ISA a été adopté une première fois en 1996 pour dissuader Téhéran de poursuivre un programme nucléaire militaire.

Téhéran - Sputnik Afrique
Trump président: quel avenir pour le nucléaire iranien?
La majorité des députés américains estiment le maintien de la loi nécessaire afin, disent-ils, de permettre aux futurs gouvernements de rétablir rapidement des sanctions en cas d'infraction iranienne.

Les sanctions ont été renouvelées malgré l’accord entre l’Iran et les six grandes puissances (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) sur le règlement du problème du nucléaire iranien signé en 2015. Un plan d’action avait été alors adopté dont l’accomplissement a permis de lever au début de cette année un autre paquet de sanctions relatif au nucléaire iranien.

Le président américain élu Donald Trump avait auparavant déclaré vouloir modifier certaines dispositions de l'accord sur le programme nucléaire iranien, selon le conseiller du futur locataire de la Maison Blanche Walid Phares.

Le milliardaire envisage entre autres de « demander aux Iraniens d'y réincorporer certaines dispositions ou de les modifier, et tout ça sera débattu ». Selon le conseiller, l'administration Trump est hostile à l'accord sur le dossier nucléaire iranien sous sa forme actuelle. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала