Nice: un agriculteur et un chercheur comparaissent pour avoir aidé des migrants

© REUTERS / Eric GaillardPeople demonstrate in front of the Nice courthouse to support Cedric Herrou, a French farmer and volunteer helping migrants cross French-Italian border to avoid police controls, in Nice, France, November 23, 2016.
People demonstrate in front of the Nice courthouse to support Cedric Herrou, a French farmer and volunteer helping migrants cross French-Italian border to avoid police controls, in Nice, France, November 23, 2016. - Sputnik France
Un chercheur et un agriculteur ont comparu ce mercredi devant le tribunal de Nice et ce pour délit de solidarité avec des migrants en situation irrégulière. Jugés pour avoir aidé des personnes en détresse? L’absurdité de la loi a mobilisé entre 100 et 200 Niçois qui se sont rassemblés devant le Palais de justice avant le début de l’audience.

L'un est enseignant-chercheur au CNRS et l'autre est agriculteur. Tous deux encourent 5 ans de prison et 30 000 euros d'amende pour avoir facilité le séjour irrégulier de migrants. Ce mercredi, les deux hommes ont comparus devant le tribunal correctionnel de la ville de Nice.

Conduire des Erythréens à la gare pour tout délit

Enseignant-chercheur à la faculté de Nice Sophia Antipolis, Pierre-Alain Mannoni, 45 ans, a été arrêté avec trois Érythréens qu'il accompagnait à Marseille pour les mettre dans un train.

Enfants-réfugiés - Sputnik France
Sauver les réfugiés de la faim, c’est très simple!
Le second « transgresseur » est Cédric Herrou, 37 ans, un agriculteur qui vend des œufs et des olives. Lui a été déjà interpellé avec huit Érythréens à bord de son véhicule. Aujourd'hui, il a comparu devant la justice pour l'installation sans autorisation d'une cinquantaine d'Erythréens dans un centre de vacances SNCF à Saint-Dalmas-de-Tende.

La solidarité manifestée par ces deux hommes n'est pas une exception. Depuis l'éclatement de la crise migratoire, de nombreux habitants de la vallée franco-italienne de la Roya tendent la main aux migrants, souvent des Africains fuyant des pays instables en passant par l'Italie.

Des migrants - Sputnik France
Réfugiés en France: «il manque un dispositif d'accueil d'urgence»
Pierre-Alain Mannoni s'est vu interdire de sortir de Nice et confisquer sa voiture. Cédric Herrou a été visé par une mesure similaire, mais le tribunal a fini par l'autoriser à conduire pour les besoins de son exploitation. Il pourra même aller en Italie soigner ses oliviers sur un terrain qu'il possède de l'autre côté de la frontière ou au marché de Vintimille vendre ses produits.

Mobilisation populaire

Entre 100 et 200 personnes se sont rassemblées devant le tribunal de Nice pour dire non au délit de solidarité.

« Qu'il se retrouve au tribunal dans notre pays, je trouve cela aberrant. J'espère que le tribunal sera sage et respectueux du fait que cet homme est simplement un humain qui fait preuve d'humanité », a déclaré la députée EELV Cécile Duflot, citée par l'AFP.

« Aujourd'hui, on a des citoyens contraints d'enfreindre la loi parce que l'État ne remplit pas ses obligations », a de son côté regretté David Nakache, un ancien cadre du PS niçois, cité par la même source.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала