Ankara tend la main à l’administration Trump et fixe ses priorités

© REUTERS / Umit Bektasle premier ministre turc Binali Yidirim
le premier ministre turc Binali Yidirim - Sputnik France
Les autorités turques ont clairement fait connaître leur intention de coopérer avec la nouvelle administration américaine, sans toutefois oublier d’identifier leurs priorités stratégiques dans cette collaboration.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Erdogan dispose des preuves du soutien apporté par les USA à Daech
La Turquie s’attend à ce que le futur gouvernement américain cesse de fournir des armes aux milices kurdes (YPG, Unités de protection du peuple, branche armée du Parti de l'union démocratique, PYD) qui opèrent dans le nord de la Syrie, a déclaré le premier ministre turc, Binali Yildirim.

« Les États-Unis ne devraient pas permettre que le partenariat stratégique (avec la Turquie) puisse être occulté par une organisation terroriste », a déclaré le chef du gouvernement turc dans un discours prononcé devant des parlementaire du Parti de la justice et du développement (AKP) et cité par Reuters.

M. Yildirim a ajouté que les autorités turques n’allaient pas mettre la responsabilité pour le transfert d’armes aux milices kurdes sur le dos de l’administration de Donald Trump, jugeant que l’administration de Barack Obama en était responsable.

Ankara - Sputnik France
Qu'est-ce que la Turquie attend de Donald Trump?
Ankara voit d'un mauvais œil les livraisons d'armes américaines aux forces kurdes qui luttent contre l’État islamique en Syrie, jugeant que les milices YPG sont la prolongation syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan que l'armée turque combat dans le sud de la Turquie. 

M. Yildirim a également fourni certaines informations importantes concernant la situation interne en Turquie.

Il a notamment annoncé que cette semaine le parlement turc voterait pour ou contre la prolongation de l’état d’urgence instauré dans ce pays suite à la tentative de coup d’État perpétrée le 15 juillet dernier.

Au lendemain de la tentative de coup d’État échouée, dont Ankara accuse l'ex-prédicateur Fethullah Gülen d'être à l'origine, les autorités ont lancé une purge inédite afin de débarrasser l'appareil d’État de toute influence des partisans de Gülen. Dans le cadre de cette purge, plusieurs milliers de militaires, policiers, enseignants et fonctionnaires ont été arrêtés ou limogés pour des liens présumés avec la confrérie de l'ex-prédicateur.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала