Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

De sauveurs à mutins: les soldats russes en France pendant la Révolution de 1917

CC0 / / Corps expéditionnaire russe en France
Corps expéditionnaire russe en France - Sputnik France
S'abonner
Il y a cent ans, Nicolas II envoyait 40 000 soldats russes en France, mais les tragiques événements de 1917 eurent des répercussions jusque dans ces troupes, qui connurent un destin très agité. L’historien Gérard Gorokhoff raconte à Sputnik comment les soldats russes en France vécurent la Révolution qui ébranlera à jamais leur pays.

Arrivés dans la gloire et repartis dans l'opprobre, les soldats russes envoyés pour combattre en France en 1916 vivront à distance les grands événements qui bouleversèrent leur pays à tout jamais, souvent dans la colère et la frustration.

Sputnik a rencontré l'historien Gérard Gorokhoff, coauteur du livre « Le Corps expéditionnaire russe en France et à Salonique, 1916-1918 ». Il nous raconte comment l'abdication du Tsar, la révolution bolchevique et le traité de Brest-Litovsk ont mis un terme à l'aventure des soldats russes en France.


Ils sont 40 000 soldats russes à venir en renfort de l'armée française sur deux fronts, à Salonique et sur le sol français : c'est le fameux « Corps expéditionnaire russe ». Même si leur contingent représente peu par rapport au million d'hommes au combat, ces soldats sont une bouffée d'espoir, à un moment critique pour la France et l'Angleterre.

« Il y aura une excellente propagande de faite : les Russes vont recevoir un accueil comme on en verra rarement, sauf peut-être les Américains en 17, et encore… »

Pierre Cheremetiev - Sputnik France
«Ce que la Russie a perdu, la France l’a gagné»
Le premier contingent arrive à Marseille en avril 1916, accueilli par une foule en liesse. Ces soldats sont jeunes, présentent bien : comme pour la garde impériale, ils sont sélectionnés en fonction de critères physiques ! L'armée adapte même ses repas pour eux. Certains ont fait le trajet en bateau pendant près de 60 jours en passant par l'Inde, afin d'éviter les sous-marins allemands.

« L'état-major sait que sans l'offensive russe en Prusse orientale en 1914, le front français n'aurait pas tenu. La France et les Anglais auraient été écrasés… la guerre était perdue. »

Formés au maniement des armes et techniques françaises, leur intégration se passe bien, jusqu'à ce que la Révolution éclate. Alors que se prépare l'offensive Nivelle, les Russes apprennent que Nicolas II, « l'empereur de toutes les Russies », abdique. La révolution est en marche à plusieurs milliers de kilomètres, que faire ? Le gouvernement provisoire de Kerenski convainc les troupes de poursuivre l'offensive, qui devait leur garantir un prochain retour dans leurs foyers.

Репродукция плаката Революционный держите шаг, неугомонный не дремлет враг. Художник Анатолий Петрицкий. - Sputnik France
Les Russes arrivent! Comment le monde prépare le centenaire de la Révolution
Dans la Marne pluvieuse d'avril 1917, l'offensive Nivelle est un désastre. Même si les Russes parviennent à libérer un village, les pertes sont lourdes. C'en est trop pour les soldats russes, qui exigent leur retour au pays. Dans le chaos de la guerre civile qui s'en suit et dont ils perçoivent les échos jusqu'en France, certains veulent prendre part à la révolution bolchevique naissante. Des « soviets » se créent dans l'armée, où l'on discute les ordres. Mais pour éviter toute contagion des idées, ces « mutins » de la première brigade sont expédiés dans le centre de la France.

Ceux qui forment les soviets les plus agités vont être envoyés à la Courtille. Ce sont tous des gens avec une certaine instruction, qui ont su prendre l'ascendant sur leurs camarades. Ils auront pris fait et cause pour ce qu'on appelle au départ « la république », puis après ce sera pour les soviets.

Kerenski est embarrassé par ces héros d'hier devenus agitateurs, et les Français ne veulent pas en entendre parler. C'est un détachement de soldats russes, restés fidèles au gouvernement provisoire, qui attaquera le camp pour réprimer les mutins, lesquels finiront par se rendre. Les meneurs sont envoyés dans d'autres camps, ceux qui le veulent peuvent rester combattre : ils seront 400 à former ce que l'on appellera la « Légion d'honneur ».

Le traité de Brest-Litovsk, signé par les bolcheviks qui ont fini par prendre le pouvoir, jettera pour de bon un voile de disgrâce sur ces combattants venus de l'Est défendre la France.

Les Français, les Alliés même, ont considéré comme une trahison la paix séparée que les bolcheviks ont conclu à Brest-Litovsk avec les Allemands. La Russie, qui était très présente dans les médias, a été oubliée, bannie de la mémoire, y compris le Corps expéditionnaire.

Je dirai que c'est une belle histoire, une belle histoire dramatique. Ça commence très bien, sous les acclamations et l'enthousiasme, et ça se finit en tragédie. Ces pauvres gens qui ont donné le maximum d'eux-mêmes, coupés de leur pays, de leur pays en révolution.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала