Assange dément être financé par la Russie

© AP Photo / Kirsty WigglesworthJulian Assange
Julian Assange - Sputnik France
Quand les médias demandent à Julian Assange s’il est payé par la Russie, ils ne cherchent qu’à détourner l’attention des révélations fracassantes du site WikiLeaks dont la plus récente porte sur les méthodes d’espionnage de la CIA, d’après le fondateur du site qui rejette toutes les accusations.

Le site WikiLeaks, dont les révélations ont provoqué de nombreux scandales, n'a jamais été financé par le gouvernement russe ou la chaîne de télévision RT, a déclaré jeudi son fondateur, Julian Assange, lors d'une conférence de presse.

« Non », a répondu M. Assange à la question de la chaîne américaine ABC, qui voulait savoir s'il avait été payé par le gouvernement russe ou la chaîne RT.

C'est une question « assez triste » ayant pour but de détourner l'attention des documents publiés par le site, a ajouté Julian Assange.

Wikileaks aidera les sociétés informatiques à se protéger contre la CIA - Sputnik France
Wikileaks aidera les sociétés informatiques à se protéger contre la CIA
WikiLeaks a annoncé le 9 mars le lancement d'une série de révélations sur la CIA intitulée Vault 7, dont la première partie Year Zero comprend 8 761 documents concernant les capacités de cyber-espionnage et de piratage de la CIA. D'après le site, cette première partie ne représente qu'un pour cent du nombre total des documents dont il dispose.

Selon WikiLeaks, l'agence centrale de renseignement des États-Unis a créé sa propre grande armée de pirates : vers la fin 2016, le Centre Cyber Intelligence (département de la CIA) comptait environ cinq millions d'utilisateurs enregistrés et a créé des milliers de virus et maliciels utilisés comme des armes. Par ailleurs, le site a révélé les capacités de piratage de la CIA contre un large éventail de produits américains et européens, notamment Windows, iPhone, Android et même les téléviseurs Samsung, qui ont été transformés en microphones cachés.

WikiLeaks - Sputnik France
Fuite de WikiLeaks sur la CIA: «C’est pire que Snowden»
D'après WikiLeaks, le consulat américain à Francfort-sur-le-Main abritait une « base de hackers » de la CIA opérant en Europe, au Proche-Orient et en Afrique. Des officiels américains ont confirmé qu'un bâtiment adjacent à la base aérienne Rhein-Main avait bien abrité un centre de la CIA pendant des années sous le nom de code Tefran, chargé de collecter des informations sur les activités de l'Iran en Europe.

La CIA a refusé de confirmer l'authenticité des documents et fichiers publiés par WikiLeaks. Mais la chaîne de télévision CNN a annoncé que le FBI et la CIA avaient lancé une enquête pénale au niveau fédéral dans le but de dénicher les sources à l'origine de ces révélations.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала