Le 10 mars 1945, les USA lançaient le bombardement le plus meurtrier de l'histoire

© AP PhotoIn flight over the Japanese city of Kobe, a U.S. Army Air Forces B-29 Superfortress trails smoke and fire, on July 17, 1945.
In flight over the Japanese city of Kobe, a U.S. Army Air Forces B-29 Superfortress trails smoke and fire, on July 17, 1945. - Sputnik France
Il y a 72 ans, dans la nuit du 9 au 10 mars 1945, l'aviation stratégique américaine commettait le bombardement le plus meurtrier de l'histoire de la civilisation. Cette nuit-là, 282 bombardiers lourds B-29 ont largué 11 280 bombes de napalm sur la capitale japonaise.

Ces 11 280 bombes AN-M-69 contenaient chacune 38 sous-munitions avec du napalm. Au total, 451 200 bombes incendiaires sont tombées en deux heures sur la ville, essentiellement construite en maisons de bois facilement inflammables.

Barack Obama (à gauche) et Shinzo Abe à Pearl Harbor - Sputnik France
Obama et Abe: pas d’excuses pour Pearl Harbor et Hiroshima
Cela a provoqué une tempête de feu dont la température à l'épicentre atteignait 1 000°C, ce qui faisait fondre les rails de tramway et les lampadaires, ne laissant littéralement rien des personnes qui s'étaient retrouvées dans cet enfer. Selon les pilotes des B-29, les appareils étaient propulsés par les flux d'air chaud remontant à des centaines de mètres vers le haut, sachant que les ailes de certains appareils se brisaient. L'incendie était visible à 300 km. Au final, plus de 330 000 maisons, bâtiments commerciaux et publics sur une superficie de 41 km² ont complètement brûlé, alors que les usines de Tokyo sont restées pratiquement intactes car les bombardements ne visaient pas les quartiers industriels mais résidentiels.

La ville de Nagasaki après le bombardement atomique du 9 août 1945 - Sputnik France
Ban Ki-moon appelle à bannir l'arme nucléaire
Selon le rapport de la police de Tokyo, 83 793 corps ont été ramassés après le bombardement mais c'est loin d'être un chiffre exhaustif car de nombreux corps ont complètement brûlé. De nombreuses victimes sont également décédées dans les jours qui ont suivi. Ainsi, le nombre total de victimes s'est élevé à 120 000-130 000 morts, même si certains historiens l'évaluent jusqu'à 200 000 morts. Plus d'un million d'habitants de Tokyo ont perdu leur foyer et leurs biens. Cependant, cela n'a pas affecté la détermination des autorités japonaises à continuer la guerre.

Le raid a "coûté" aux Américains 27 bombardiers lourds et 270 membres d'équipage. 14 appareils sont été abattus par des chasseurs de nuit, 13 autres ont disparu ou ont été détruits par les flux de chaleur. 42 appareils ont été endommagés mais ont réussi à rejoindre leur aérodrome.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала