Tillerson se trompe: les USA ne bloqueront jamais l’accès de la Chine à ses îles

Selon Andreï Denissov, ambassadeur russe en Chine, l’idée du secrétaire d’État américain Rex Tillerson de bloquer l’accès de la Chine à ses îles artificielles en mer de Chine méridionale ne peut pas être réalisée et ne le sera jamais.

Avant son entrée en fonction de secrétaire d'État, Rex Tillerson a déclaré à la commission des affaires étrangères du Sénat américain en janvier que le programme chinois de construction d'îles en mer de Chine méridionale devait être arrêté.

« Il nous faut envoyer un signal clair à la Chine disant d'abord que la construction des îles doit être arrêtée. Et ensuite, que son accès à ces îles ne sera pas autorisé », a-t-il annoncé aux sénateurs.

Pékin a répondu à ces propos que ses actions étaient légales et s'inscrivaient dans le cadre de sa souveraineté territoriale.

À la question du quotidien russe Kommersant de savoir si les États-Unis parviendront à imposer un blocus en mer de Chine et si leurs actions pouvaient provoquer un conflit, Andreï Denissov a répondu évasivement.

« À vrai dire, je ne peux que supposer que Donald Trump et son entourage opteront pour une approche commerciale dans leur politique étrangère : intimider d'abord pour discuter ensuite des variantes réelles à partir des positions de force », a dit le diplomate.

Il a ajouté qu'à l'heure actuelle il n'était pas question de détérioration visible dans les relations entre Washington et Pékin et que les contacts entre les deux capitales étaient menés « d'une manière professionnelle et amicale ».

Yang Jiechi (un des principaux architectes de la politique étrangère chinoise, ndlr.) s'est rendu récemment à Washington où il a eu de nombreuses rencontres.

« Certains experts estiment que la première rencontre entre Donald Trump et (le président chinois) Xi Jinping est déjà en cours de préparation », a signalé M. Denissov à ce propos.

La mer de Chine méridionale - Sputnik France
Les USA déploient un groupe aéronaval en mer de Chine méridionale
Des différends existent entre la Chine et plusieurs pays de la région, notamment le Japon, le Vietnam et les Philippines, à propos des frontières maritimes et des zones de responsabilité en mers de Chine méridionale et orientale. La Chine estime que les Philippines et le Vietnam recourent délibérément au soutien des États-Unis en cherchant une escalade de tension dans la région.

En juillet 2016, la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye, saisie par les Philippines, a invalidé les prétentions chinoises en mer de Chine méridionale. La CPA a statué que les éléments de l'archipel des Spratleys revendiqués par la Chine n'étaient pas à même d'accueillir une population humaine et n'avaient donc pas le statut d'île. Ces « éléments » n'étaient donc « pas capables de générer une zone économique exclusive ».

La Chine n'a pas accepté et n'a pas reconnu cette décision de la Cour, la jugeant « nulle et non avenue ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала