Klaver à Wilders : «Nous allons vous battre»

© AFP 2022 John ThysJesse Klaver
Jesse Klaver - Sputnik France
Les élections législatives néerlandaises se tiennent aujourd’hui et Geert Wilders attise les peurs médiatiques. Mais un nouveau venu, le jeune candidat des Verts, Jesse Klaver, est en embuscade.

Les élections législatives d'aujourd'hui aux Pays bas seront-elles un coup d'arrêt ou d'accélérateur pour le populisme en Europe? Après le Brexit, Geert Wilders sera-t-il l'étape avant Marine Le Pen?

Le drapeau néerlandais - Sputnik France
Les Pays-Bas enquêtent sur la possibilité d'abandonner l’euro
C'est la question que tout le monde en se pose, et celle que nous avons posée dans la rue. Les militants travaillistes que nous avons pu croiser étaient un peu désabusés, admettant que les électeurs leur déclaraient vouloir sanctionner le gouvernement Rutte sans pour autant adhérer aux thèses de Geert Wilders, notamment l'interdiction du Coran, la fermeture des mosquées et des frontières et la sortie de l'UE, les trois points-choc repris en boucle par les médias.

Simulation du crash du MH17 - Sputnik France
Les autorités néerlandaises arrêtent des journalistes revenus du Donbass
Mais au-delà du duel entre Wilders et Rutte et de la confrontation avec la Turquie, doit-on compter sur un troisième homme? Nous avons rencontré Jesse Klaver, l'un des nouveaux phénomènes de la politique néerlandaise, le leader trentenaire des Verts. Un parti très modeste, avec pour l'instant seulement 5 sièges, sur les 150 que compte le parlement.

Néerlandais et Indonésien par sa mère, Marocain par son père, Klaver joue la carte progressiste et multiculturaliste. Il a quadruplé les intentions de vote pour son parti et avec près de 12 %, le voilà qui talonne Geert Wilders et le PVV à 14 %. Alors il se veut très optimiste, déclarant « nous allons le battre »:

« Nous allons vous battre. Les jours où les populistes pouvaient s'élever dans tous les sondages sont loin. Il perd de l'élan aux Pays-Bas et je pense que les populistes en Europe perdront de l'élan. Aux Pays-Bas, nous réinventons la gauche, en tant que Verts nous réinventons la gauche. Les gens qui votent pour des gens comme Wilders ne sont pas populistes. Ils étaient à gauche, ils votaient pour les sociaux-démocrates. Je veux qu'ils reviennent. Ils sont de gauche. Nous ne devons pas nous concentrer sur l'immigration et l'islam. Nous avons de véritables problèmes aux Pays-Bas, avec les soins de santé, le logement, les salaires… »

Ainsi veut-il réinventer la gauche et reconquérir un électorat perdu aux populistes. Mais sa campagne cible de nouveaux publics et il peut compter sur sa jeunesse pour attirer les regards et évidemment les primo-votants:

« Je leur parle du Brexit et de tous les jeunes qui sont restés chez eux. Je leur dis de voter pour leur avenir. Il s'agit du genre de pays dans lequel vous voulez vivre. Voulez-vous vivre dans un pays fondé sur la peur et la colère, ou un pays fondé sur l'espoir et l'optimisme? Alors je leur dis d'aller aux urnes et j'espère que vous voterez pour nous. »

Mais cela sera-t-il suffisant? Pourra-t-il accéder au poste de Premier ministre? Le système proportionnel néerlandais et les circonstances pourraient bien le servir, alors que 28 partis sont aujourd'hui en lice et que Rutte a bataillé sur le terrain de Wilders. Certains pensent que Jesse Klaver pourrait, dans un jeu de coalition, devenir le plus petit dénominateur commun.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала