Massacres en Centrafrique: au moins 50 personnes tuées

© AFP 2022 PATRICK FORT Women walk past a French soldier, part of Operation Sangaris, on patrol in the 6th district of the capital Bangui, on May 20, 2015.
Women walk past a French soldier, part of Operation Sangaris, on patrol in the 6th district of the capital Bangui, on May 20, 2015. - Sputnik France
En Centrafrique, au moins 50 personnes ont trouvé la mort et plusieurs de dizaines d'autres ont été blessées suite à une attaque perpétrée par des bandes armées locales.

Des centaines de manifestants en Afrique du Sud exigent le départ des étrangers - Sputnik France
Des centaines de manifestants en Afrique du Sud exigent le départ des étrangers
Au moins 50 personnes ont été tuées et des dizaines blessées depuis mardi en Centrafrique par des hommes armés qui ont attaqué trois villages dans la région de Bambari (centre), ont annoncé vendredi des habitants qui ont fui leurs villages.

« Le bilan provisoire de ces attaques contre les localités de Agoudou Manga, Yasseneme et Ngouyanza est d'au moins 50 morts. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées », a déclaré Isaac Arata-Naba, habitant de Agoudou Manga réfugié à Bambari, joint depuis Bangui.

Selon Prosper Tchoulekrayo, habitant de Yasseneme en fuite à Bambari, « ils ont assiégé ces villages, tirant sans distinction sur les habitants ».

Ces attaques ont été lancées par des éléments de l'UPC (Unité du peuple centrafricain de Ali Ndarass, faction de l'ex-rébellion séléka à dominante musulmane) qui continuent des représailles contre les autochtones », a accusé M. Tchoulekrayo.

Contactée par l'AFP, une source proche de la direction de l'UPC a nié toute implication directe dans ces nouvelles exactions.

« L'UPC n'est pas impliquée dans ces attaques qui sont plutôt des actes commis par le FPRC. L'UPC a cependant fait échec à une progression [du FPRC] qui visait ses positions », a affirmé cette source sous couvert de l'anonymat.

Afrique du Sud - Sputnik France
Afrique du Sud: risque de conflit racial en cas d’expropriation des fermiers blancs
Le Front populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC dirigé par Nourredine Adam) est une autre faction de l'ex-séléka.

Des affrontements meurtriers opposent régulièrement des factions rivales de l'ex-séléka, près de la ville de Bambari, où est stationné un contingent de la force de l'ONU (Minusca).

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, peine à se relever du conflit provoqué en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par la rébellion séléka. La contre-offensive des antibalaka, majoritairement chrétiens, a entraîné des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. De nos jours, plusieurs groupes armés maintiennent une insécurité permanente dans plusieurs régions du pays.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала