«Aux Syriens de décider de leur avenir», selon l’UE

© Sputnik . Michail Voskresensky / Aller dans la banque de photosDes enfants syriens
Des enfants syriens - Sputnik Afrique
Bien qu’aux yeux de l’Union européenne Bachar el- Assad reste exclu de l'avenir de la Syrie, c’est au peuple syrien de décider quel avenir serait le meilleur pour lui, estime la chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini.

enfants syriens - Sputnik Afrique
«Le peuple syrien doit décider lui-même quel gouvernement serait le meilleur pour lui»
Pour la première fois depuis le début du conflit, il y a six ans, la reconstruction de la Syrie figure au programme d'une conférence multilatérale de niveau ministériel. Les chefs de la diplomatie de l'Union européenne ont rappelé lundi, au Luxembourg, que bien qu'à leurs yeux le Président syrien Bachar el-Assad ne puisse rester au pouvoir à l'issue de la transition politique qu'ils appellent de leurs vœux, l'Union européenne acceptera quand même toute décision sur l'avenir politique de la Syrie approuvée par tous les Syriens à l'intérieur du pays et à l'étranger.

« Toute décision qui serait acceptable pour tous les Syriens à l'intérieur du pays et à l'étranger, y compris pour l'opposition qui mène des négociations à Genève, cette décision recevra notre soutien », a déclaré Federica Mogherini aux journalistes avant la réunion.

La responsable a également indiqué qu'après six ans de guerre la Syrie ne serait pas telle qu'elle était autrefois, mais que c'étaient les Syriens eux-mêmes qui devaient décider de leur avenir.

Selon Federica Mogherini, l'accord politique sur la gouvernance, le partage du pouvoir et la transition (du pouvoir) doit être obtenu par les Syriens

« Décider pour les Syriens, mais pour tous les Syriens », a précisé Mme Mogherini.

Les États-Unis ont reconnu jeudi ne plus faire du départ du président syrien une « priorité » et chercher une nouvelle stratégie dans le règlement du conflit en Syrie qui dure depuis six ans.

People walk past a billboard depicting Syria's President Bashar al-Assad at Saadallah al-Jabri Square, in the government controlled area of Aleppo, Syria - Sputnik Afrique
Le départ d’Assad n’est plus une priorité des États-Unis en Syrie
L'ambassadrice des États-Unis à l'Onu, Nikki Haley, a même indiqué que son pays voulait travailler avec la Turquie et la Russie pour trouver une solution politique à long terme en Syrie, plutôt que de se focaliser sur le sort de Bachar el-Assad.

L'année dernière l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura a proposé de laisser les Syriens « décider » du sort du président Bachar el-Assad.

« Nous disons que la solution devrait appartenir aux Syriens. Ne peut-on pas laisser les Syriens en fait en décider? », a déclaré Staffan de Mistura à la chaine d'information France 24, en réponse à une question sur le sort du président syrien.

« Pourquoi devrions-nous dire à l'avance ce que les Syriens diront, dans la mesure où ils ont la liberté et la possibilité de le faire », a-t-il estimé.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала