Maison-Blanche: de nouvelles frappes contre la Syrie ne sont pas à exclure

© AFP 2022 PAUL J. RICHARDSLa Maison Blanche
La Maison Blanche - Sputnik Afrique
Les États-Unis n’excluent pas la possibilité de nouvelles frappes contre la Syrie en cas de répétition des attaques chimiques, a-t-on déclaré à la Maison-Blanche.

À la question de savoir si de nouvelles frappes américaines contre la Syrie étaient possibles, le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a répondu par l'affirmative:

« Si des personnes sont à nouveau exposées à une attaque avec l'utilisation d'agents chimiques, nous nous réserverons la possibilité d'effectuer de nouvelles actions », a déclaré Sean Spicer.

Il a souligné que le Daech, qui est présent dans cette région, constituait la menace numéro un pour les États-Unis.

Ainsi, d'après le porte-parole du gouvernement américain, Washington et Moscou ont des intérêts communs dans la lutte antiterroriste. Il a fait savoir que les États-Unis voulaient travailler dans cette direction avec la Russie.

Selon M. Spicer, le Président Donald Trump « est arrivé au pouvoir avec deux principales priorités : maintenir la sécurité dans [le] pays et augmenter la croissance économique ».

« Je crois que si la Russie ou tout autre pays entend nous aider à atteindre nos deux objectifs et, ce qui est le plus important, nous aide à assurer la sécurité du pays grâce aux actions communes dans la lutte contre des groupes tels que Daech, surtout en Syrie, alors nous collaborerons avec eux ».

En outre, il a annoncé que les États-Unis étaient capables d'anéantir Daech même si le Président syrien Bachar el-Assad restait au pouvoir. Rappelons qu'auparavant Nikky Haley, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies avait déclaré que le règlement syrien n'était pas possible sous la présidence de Bachar el-Assad.

Заседание Совета Федерации РФ - Sputnik Afrique
«Attaque chimique»: si Washington possède des «preuves secrètes», qu'il les dévoile

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, les États-Unis ont tiré 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat en Syrie qui, selon Washington, serait «associée au programme» d'armes chimiques de Damas et «directement liée» à l'attaque à l'arme chimique survenue le 4 avril. Les missiles ont été tirés depuis des destroyers de l'US Navy qui croisent en mer Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base de Shayrat.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала