Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pas d’accord au G7 sur de nouvelles sanctions contre Moscou

S'abonner
Réunis mardi pour le sommet du G7 à Lucques, en Italie, les ministres des Affaires étrangères des pays membres n'ont pas conclu d'accord sur un élargissement des sanctions contre la Russie, a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault.

Les chefs de la diplomatie des pays du G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France et Italie), réunis lundi et mardi en Toscane pour faire le point sur la Syrie, ne se sont pas mis d'accord concernant un élargissement des sanctions contre la Russie.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a également annoncé que la question de l'élargissement des sanctions contre Moscou n'avait pas été discutée du tout.

« Ce sujet n'a pas été abordé, à part par Boris Johnson, mais nous n'en avons pas plus discuté », a-t-il dit à la presse.

Auparavant, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a déclaré qu'il demanderait lors de la rencontre du G7 un durcissement des sanctions contre la Russie. Selon The Sun, le ministre britannique voulait que le G7, dans le cadre de l'attaque à Idlib, publie une déclaration conjointe, selon laquelle la Russie devrait cesser de soutenir le président syrien Bachar el-Assad. En cas de refus, de nouvelles sanctions seraient imposées à Moscou, en plus de celles déjà introduites dans le cadre de la situation autour de l'Ukraine, a indiqué le journal.

South Carolina Governor Nikki Haley testifies during her confirmation hearing for US Ambassador to the United Nations (UN) before the Senate Foreign Relations committee on Capitol Hill in Washington, DC - Sputnik France
Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
Pour rappel, suite aux frappes de l'aviation syrienne contre un entrepôt terroriste abritant des substances toxiques, situé près de la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, les Casques blancs et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) ont accusé le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir perpétré une attaque « chimique » qui aurait fait des dizaines de morts et des centaines des blessés.

Damas rejette ces accusations, qu'il juge infondées. Moscou, pour sa part, appelle à ne pas faire confiance à ces ONG qui ont à plusieurs reprises colporté de fausses informations.

La Russie a aussi déclaré ne pas être concernée par les accusations. Selon le ministère russe de la Défense, « aucune frappe aérienne n'a été menée par l'aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала