Attaque chimique en Syrie: Moscou dénonce les fake news sur son éventuelle complicité

Moscou a démenti avoir été au courant de la préparation de l'attaque chimique sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d’Idlib, en Syrie.

Les déclarations des médias mainstream qui accusent Moscou d'avoir été au courant de la préparation de l'attaque chimique près d'Idlib, constituent de fausses informations, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

« Malheureusement, les forces antirusses en Occident ne s'arrêtent pas dans leur quête visant à détruire les initiatives positives de règlement (en Syrie). Comme vous le savez, elles ont vu le jour principalement grâce aux efforts de la Russie et de ses partenaires impliqués dans les pourparlers d'Astana, ainsi que grâce à l'envoyé spécial Staffan de Mistura et de son équipe à Genève. Certains médias occidentaux n'ont de cesse de diffuser des fausses nouvelles (comme l'accusation selon laquelle Moscou était au courant de la préparation de l'attaque chimique à Idlib, ndlr.) et de simples calomnies », a indiqué Maria Zakharova.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

In this photo taken on Tuesday, April 4, 2017 and made available Wednesday, April 5, Turkish experts carry a victim of alleged chemical weapons attacks in Syrian city of Idlib - Sputnik Afrique
Poutine: deux versions possibles sur l'attaque chimique en Syrie
Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала