La Russie propose que des experts internationaux mènent une enquête sur l’attaque d’Idlib

© Photo Ministry of defence of the Russian Federation / Aller dans la banque de photosUn sapeur russe recherche les mines en Syrie
Un sapeur russe recherche les mines en Syrie - Sputnik Afrique
Une mission chargée d’enquêter sur l’utilisation des armes chimiques à Idlib pourrait être composée de nombreux experts, qu’ils soient russes, chinois, américains, britanniques ou encore iraniens, a déclaré le représentant russe au sein de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Alexandre Choulgine, le représentant permanent russe au sein de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), a affirmé que l'enquête sur l'utilisation des armes chimiques à Idlib en Syrie pourrait être menée par de nombreux experts, y compris russes et américains.

« Avec les collègues iraniens, nous avons trouvé nécessaire de soumettre au Conseil exécutif [de l'OIAC, ndlr] un projet (…) visant à la création d'une mission internationale d'experts qui, en plus des membres de l'OIAC sélectionnés en conformité avec le principe de l'Onu de la représentation géographique correcte, pourrait compter des experts nationaux de nombreux pays. Par exemple, cela pourrait être également des experts de la Russie, de la Chine, des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l'Iran, de la Suisse, de l'Espagne, de la Suède, etc. », a-t-il déclaré.

Dans le même temps, M. Choulgine a précisé qu'il s'agissait d'experts réputés et bien connus de l'OIAC.

Khan Cheikhoun - Sputnik Afrique
La Russie exige l’envoi d’une mission de l’OIAC en Syrie
Selon lui, l'objectif principal de cette mission serait d'enquêter afin de déterminer comment des armes chimiques avaient pu être transportées à Khan Cheikhoun et si c'était réellement le cas.

En outre, d'après M. Choulgine, la mission devrait vérifier les affirmations des États-Unis sur l'utilisation de la base aérienne syrienne de Shayrat en tant que stock d'armes chimiques et son utilisation comme base pour les avions amenés à effectuer des vols de combat avec une cargaison toxique.

D'ailleurs, le représentant russe de l'OIAC a insisté sur le fait que, pour que l'enquête soit réussie, la mission internationale des experts devra « se rendre sur les lieux et travailler en fonction de la méthodologie de l'OIAC avec un accent mis sur la collecte des preuves matérielles sans se fixer uniquement sur les spéculations diffusées sur Internet ou des témoignages de gens résidant dans un pays voisin de la Syrie.

Le 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала