Aux USA, la guerre comme moteur de popularité

© AFP 2022 Armend Nimaniarmée US
armée US - Sputnik Afrique
Il n'est pas rare que les dirigeants du monde aient recours à de « petites guerres victorieuses » pour parvenir à leurs fins. Les présidents américains sont particulièrement coutumiers du fait, qui ont profité des interventions au Moyen-Orient pour accroître leur popularité et détourner l'attention de leurs concitoyens des problèmes nationaux.

Le président américain Donald Trump ne fait pas exception, alors qu'il évoquait auparavant le caractère inadmissible d'une ingérence de Washington dans les affaires d'autres États.

Donald Trump - Sputnik Afrique
Ex-ambassadeur US: «Trump tente d’être plus nord-coréen que les Nord-Coréens»
Après la décision de Trump de frapper la Syrie, la cote de popularité du président est montée en flèche. C'est ce qu'on pourrait appeler « l'effet du drapeau de guerre » — c'est-à-dire la hausse du soutien public au président et la diminution de la critique vis-à-vis de sa politique d'État après le lancement des activités militaires.

Pour les Américains, la guerre est un spectacle qu'ils sont prêts à regarder non seulement au cinéma, mais également au journal télévisé. Après l'opération Tempête du désert dirigée contre l'Irak en 1991, la popularité de George H. W. Bush s'est envolée jusqu'à 89 %.

La crise de la conscience nationale et le déclin économique ne jouaient pas en faveur du président Jimmy Carter mais après la prise d'otages à l'ambassade des USA à Téhéran, sa popularité est remontée pendant une brève période.

Le président américain Donald Trump - Sputnik Afrique
Donald Trump: les USA n'ont pas d’autre choix que de renforcer leurs forces armées
Mais c'est George W. Bush qui a été le plus grand bénéficiaire de l'effet du drapeau de guerre. Sa cote, qui ne cessait de descendre, s'est mise à remonter grâce à la décision d'envahir l'Irak. Bush motivait son action par la nécessité de désarmer l'Irak, de libérer son peuple et de « protéger le monde contre une immense menace ».

L'effet du drapeau de guerre a été moins notable après l'ordre du président américain Donald Trump de tirer des missiles contre la base aérienne de Shayrat en Syrie, pour riposter à une attaque chimique dont il avait accusé le président syrien Bachar al-Assad: sa popularité n'a augmenté que jusqu'à 48 %, probablement à cause de la colère des Américains qui avaient cru à sa promesse de ne pas s'ingérer dans les affaires d'autres États.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала