«Dieu merci, ce n’est pas la Russie», ou qui sape (vraiment) les élections britanniques

De nouvelles menaces d’ingérence planeraient sur les élections britanniques. Mais rassurez-vous, cette fois-ci, il ne s’agit pas des fameux hackers russes…

L'ambassade de Russie à Londres a tourné en dérision la Une du journal The Times du jeudi 4 mai, qui arborait le titre « Bruxelles s'immisce dans nos élections, met en garde May ».

« Dieu merci, ce n'est pas la Russie cette fois-ci », a twitté l'ambassade, en référence à plusieurs accusations des pays occidentaux prétendant que la Russie ne ferait que s'ingérer dans leurs élections.

partisans turcs - Sputnik Afrique
CM 2018: «Mieux vaut que cela se passe en Russie plutôt qu’en Ukraine ou en Angleterre»
Auparavant, les responsables américains avaient accusé la Russie d'avoir mené des cyberattaques sur les systèmes informatiques d'organisations politiques américaines afin d'influencer les résultats de l'élection présidentielle. À cet égard, l'administration Obama avait imposé des sanctions contre des personnes physiques et morales russes.

Moscou a nié les accusations, les qualifiant d'infondées. Le président Donald Trump a promis que les autorités procédaient à une nouvelle enquête sur ce sujet. Le comité sur le renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis s'en est occupé en parallèle.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала