Un nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l'Onu condamne l'attaque

© REUTERS / Baz RatnerUn nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l’Onu condamne l’attaque
Un nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l’Onu condamne l’attaque - Sputnik Afrique
Le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres a fermement condamné le meurtre d'un soldat de la paix, qui a été tué ce 13 mai, à Bangassou, dans le sud-est de la Centrafrique.

Women walk past a French soldier, part of Operation Sangaris, on patrol in the 6th district of the capital Bangui, on May 20, 2015. - Sputnik Afrique
Massacres en Centrafrique: au moins 50 personnes tuées
Le nombre de Casques bleus tués en Centrafrique depuis le début de la semaine est passé à six, avec un soldat marocain qui a trouvé la mort dans une attaque à Bangassou, ville du sud-est de la Centrafrique, a indiqué samedi 13 mai à l'AFP la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA).

L'attaque a été fermement condamnée par le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres qui a également exprimé ses condoléances à la famille du soldat et au gouvernement marocain.

« Le secrétaire général est indigné par l'attaque probablement faite par les rebelles anti-balaka contre les civils et contre la Mission des Nations unies en Centrafrique », indique le communiqué du porte-parole du secrétaire général, Stéphane Dujarric.

Selon le chef de l'Onu, la situation en Centrafrique est instable et nécessite un soutien de la communauté internationale.

« Les incidents récents montrent que la situation en Centrafrique est encore instable, d'où la nécessité de poursuivre un soutien régional et international pour surmonter les défis existants », précise le document.

Casques bleus - Sputnik Afrique
Centrafrique: des Casques bleus de nouveau accusés d'abus sexuels

Cinq autres Casques bleus dont quatre Cambodgiens et un Marocain ont été tués lors de l'attaque de leur convoi près de Bangassou, à 470 km à l'est de la capitale Bangui, lundi 8 mai, l'un lors de l'échange de feu, les quatre autres après avoir été enlevés par les assaillants. L'attaque a été attribuée par la MINUSCA à un groupe anti-balaka.

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, peine à se relever du conflit provoqué en 2013 par le renversement de l'ex-Président François Bozizé par la rébellion Seleka. La contre-offensive des anti-balaka, majoritairement chrétiens, a entraîné des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала