L'intox américaine sur le «crématorium syrien» est réellement dangereuse

© AFP 2022 Attila KisbenedekClôture de fil barbelé
Clôture de fil barbelé - Sputnik Afrique
« Un fruit de la fantaisie de l'administration Trump et de ses agents », « un nouveau scénario hollywoodien »: pour Damas, les déclarations du département d’État américain sur les prétendus crimes de guerre dans la prison de Saidnaya et sur la construction d'un crématorium sont une nouvelle tentative de désinformation.

Cette fois en revanche, la cible n'est pas la Syrie mais la Russie et l'Iran. Cette affaire pourrait être réellement dangereuse. Selon la revue en ligne Vzgliad.

Onu - Sputnik Afrique
Damas appelle l’Onu à faire cesser les frappes de la coalition en Syrie
Tout a commencé avec un rapport du responsable du département d'État américain pour le Moyen-Orient, Stuart Jones, dans lequel on peut lire que « les autorités syriennes pendent quotidiennement des dizaines de détenus, les corps des personnes exécutées sont brûlés dans un crématorium spécial — et tout cela se produit avec le soutien de la Russie et de l'Iran ».

Toutes ces cruautés, dit-il, ont lieu dans la prison de Saidnaya près de Damas. Sur quoi se basent ses conclusions concernant la présence de « crématoriums » pour brûler les « pendus »? Sur des images satellites publiées par le département d'État, précise le Wall Street Journal.

Ce sujet a été repris sur CNN. Aucune autre preuve n'a été apportée. Damas a évidemment démenti ces insinuations.

Les images en question ont été prises à différentes époques depuis 2013. Avec de la volonté, on peut suivre l'évolution des bâtiments de la prison de Saidnaya. En effet, plusieurs nouvelles constructions sont apparues mais mêmes les Américains reconnaissent qu'il est impossible d'identifier la fonction de ces sites, qui plus est d'affirmer qu'il s'agit d'un crématorium.

Stuart Jones n'a cité aucune preuve de son affirmation concernant « jusqu'à 50 exécutions par jour ». Toutefois, il a cité des ONG anonymes (!) selon lesquelles entre 65 000 et 117 000 personnes arrêtées entre 2011 et 2015 sont toujours en détention.

Prison de Saidnaya, dans la banlieue de Damas - Sputnik Afrique
«Four crématoire» en Syrie: Damas dénonce les élucubrations de Washington
La prison de Saidnaya se situe à 30 km au nord de Damas. Elle est effectivement utilisée pour la détention de djihadistes, de criminels politiques et de radicaux, ce dont personne ne s'était caché bien avant le début de la guerre civile en 2011.

Une autre nouveauté est l'accusation directe de la Russie et de l'Iran qui, selon Jones, « couvrent les crimes du régime d'Assad ». Ces déclarations n'avaient encore jamais été aussi accentuées.

Dans la situation actuelle, les rapports de ce genre sont relativement dangereux. Le fake sur l'usage de l'arme chimique à Khan Cheikhoun a suffi à l'administration de Donald Trump pour tirer des Tomahawk, alors que dire de la réaction à attendre du dévoilement d'un crématorium pour « brûler jusqu'à 50 personnes par jour »?

Plus personne n'est surpris par l'absence totale de preuves réelles ni par les références aux militants des droits de l'homme et aux activistes engagés.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала