L'ethnotourisme à Iougra

Iougra a accueilli 530 000 touristes en 2016, dont 15 000 étaient attirés spécifiquement par l'ethnotourisme. Le district se fixe pour objectif de doubler d'ici 2021 l'affluence touristique vers les futures destinations ethniques.

Aperçu photo du tourisme à Iougra dans ce diaporama de Sputnik.

© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes touristes qui souhaitent se familiariser avec la vie et les coutumes des peuples autochtones Khanty et Mansi peuvent visiter le campement ethnographique de Louk-Iaoun à 10 km du village de Fedorovski, dans la région de Sourgout.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
1/20
Les touristes qui souhaitent se familiariser avec la vie et les coutumes des peuples autochtones Khanty et Mansi peuvent visiter le campement ethnographique de Louk-Iaoun à 10 km du village de Fedorovski, dans la région de Sourgout.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoDans le dialecte kazym de la langue khanty, "Louk-Iaoun" signifie "rivière de tétras"
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
2/20
Dans le dialecte kazym de la langue khanty, "Louk-Iaoun" signifie "rivière de tétras"
© Sputnik . Alexandra NaumenkoPour la pêche, les peuples Khanty et Mansi utilisent des pirogues monoxyles en cèdre ou en tremble spécialement fabriquées pour chaque membre de la famille, adaptées à son poids et à sa taille.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
3/20
Pour la pêche, les peuples Khanty et Mansi utilisent des pirogues monoxyles en cèdre ou en tremble spécialement fabriquées pour chaque membre de la famille, adaptées à son poids et à sa taille.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes Khanty et les Mansi ne vivent pas seulement dans des tipis mais également dans des maisons en rondins calfeutrées avec de la mousse pour passer l'hiver.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
4/20
Les Khanty et les Mansi ne vivent pas seulement dans des tipis mais également dans des maisons en rondins calfeutrées avec de la mousse pour passer l'hiver.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes Khanty et les Mansi accompagnent le printemps avec la fête de la Bergeronnette qui, selon la légende, apporte sur ses ailes la chaleur et la Grande lumière (les nuits blanches). Les hommes et les femmes s'habillent en vêtements traditionnels symbolisant un petit oiseau, la coiffe fait également penser à une bergeronnette.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
5/20
Les Khanty et les Mansi accompagnent le printemps avec la fête de la Bergeronnette qui, selon la légende, apporte sur ses ailes la chaleur et la Grande lumière (les nuits blanches). Les hommes et les femmes s'habillent en vêtements traditionnels symbolisant un petit oiseau, la coiffe fait également penser à une bergeronnette.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoPour les Khanty et les Mansi, les cerfs servent aussi bien pour le transport que pour se nourrir. Leur fourrure est utilisée pour concevoir des vêtements, et les ligaments servent de fils. L'enclos peut accueillir entre 8 et 50 cerfs. Il est plus facile d'attraper un cerf qui possède encore ses bois. Leonid Zemline le fait depuis l'âge de 10 ans.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
6/20
Pour les Khanty et les Mansi, les cerfs servent aussi bien pour le transport que pour se nourrir. Leur fourrure est utilisée pour concevoir des vêtements, et les ligaments servent de fils. L'enclos peut accueillir entre 8 et 50 cerfs. Il est plus facile d'attraper un cerf qui possède encore ses bois. Leonid Zemline le fait depuis l'âge de 10 ans.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLa chasse est un métier traditionnel pour les Khanty et les Mansi. Pour prouver leur aptitude à chasser, les garçons doivent, à 7 ans, apporter à leur père un écureuil tué d'une flèche dans l'œil. Les femmes des peuples du nord savent également chasser dès leur plus jeune âge.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
7/20
La chasse est un métier traditionnel pour les Khanty et les Mansi. Pour prouver leur aptitude à chasser, les garçons doivent, à 7 ans, apporter à leur père un écureuil tué d'une flèche dans l'œil. Les femmes des peuples du nord savent également chasser dès leur plus jeune âge.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes Mansi orientaux utilisent des pièges avec un appât pour le gibier de forêt: tétras, gelinotte, perdrix blanche et de toundra. Des chausse-trapes sont installées autour du piège.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
8/20
Les Mansi orientaux utilisent des pièges avec un appât pour le gibier de forêt: tétras, gelinotte, perdrix blanche et de toundra. Des chausse-trapes sont installées autour du piège.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoDans le village de Rousskinskaïa, à 130 km de Sourgout, se trouve un autre site ethnotouristique: le Centre de la culture nationale. Les Khanty Faïna et les Maïa apprennent aux touristes à dessiner un tétras sur l'écorce, fabriquer des poupées et tisser un corbeau en perles.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
9/20
Dans le village de Rousskinskaïa, à 130 km de Sourgout, se trouve un autre site ethnotouristique: le Centre de la culture nationale. Les Khanty Faïna et les Maïa apprennent aux touristes à dessiner un tétras sur l'écorce, fabriquer des poupées et tisser un corbeau en perles.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes femmes Khanty et Mansi pratiquent l'artisanat essentiellement l'hiver. Le tissage et la décoration en perles, les pendentifs en fourrure et les poupées en tissu, les fourrures et les branches de bouleau sont en vogue.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
10/20
Les femmes Khanty et Mansi pratiquent l'artisanat essentiellement l'hiver. Le tissage et la décoration en perles, les pendentifs en fourrure et les poupées en tissu, les fourrures et les branches de bouleau sont en vogue.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLe "sankvyltap" en mansi, ou "nars-ioukh" en khanty, est un instrument à cordes pincées dont la forme rappelle celle d'une barque. Son fond en demi-cercle est creusé dans le bois.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
11/20
Le "sankvyltap" en mansi, ou "nars-ioukh" en khanty, est un instrument à cordes pincées dont la forme rappelle celle d'une barque. Son fond en demi-cercle est creusé dans le bois.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLa musique de Khanty et Mansi est un chant a cappella. Les chants et les motifs sont basés sur l'improvisation.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
12/20
La musique de Khanty et Mansi est un chant a cappella. Les chants et les motifs sont basés sur l'improvisation.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoDepuis longtemps l'écorce est considérée comme de l'or en Russie. Les peuples du nord utilisaient ce matériau léger, solide et hydrofuge pour la pêche, la chasse et la construction. Les nourrissons dormaient dans des berceaux en écorce, elle servait de vêtements et de chaussures, on y conservait des produits alimentaires et on s'en servait pour transporter des objets.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
13/20
Depuis longtemps l'écorce est considérée comme de l'or en Russie. Les peuples du nord utilisaient ce matériau léger, solide et hydrofuge pour la pêche, la chasse et la construction. Les nourrissons dormaient dans des berceaux en écorce, elle servait de vêtements et de chaussures, on y conservait des produits alimentaires et on s'en servait pour transporter des objets.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLe musée de la nature et de l'homme est une autre curiosité de Rousskinskaïa. Hormis la collection taxidermiste d'Alexandre Iadrochnikov, dont le musée porte le nom, on y retrouve la reproduction stylisée d'un campement des peuples autocthones du nord.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
14/20
Le musée de la nature et de l'homme est une autre curiosité de Rousskinskaïa. Hormis la collection taxidermiste d'Alexandre Iadrochnikov, dont le musée porte le nom, on y retrouve la reproduction stylisée d'un campement des peuples autocthones du nord.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLa fête des enfants au musée Iadrochnikov. Le jeu du ruisselet se déroule près d'un tablier destiné à la conservation des produits alimentaires chez les peuples du nord.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
15/20
La fête des enfants au musée Iadrochnikov. Le jeu du ruisselet se déroule près d'un tablier destiné à la conservation des produits alimentaires chez les peuples du nord.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoIougra n'abrite pas seulement des villages ethnographiques mais également de véritables campements – loin dans la taïga, où il est impossible de se rendre sans véhicules spéciaux.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
16/20
Iougra n'abrite pas seulement des villages ethnographiques mais également de véritables campements – loin dans la taïga, où il est impossible de se rendre sans véhicules spéciaux.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes Khanty Stepan Ketchimov et sa femme Zinaïda vivent avec leur petite-fille dans un camp rattaché au conseil villageois d'Oult-Iagoun, district de Sourgout. Ils vivent entre 7 et 8 mois dans une maison en rondins, et le reste du temps dans un tipi de perches de pin avec une bâche.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
17/20
Les Khanty Stepan Ketchimov et sa femme Zinaïda vivent avec leur petite-fille dans un camp rattaché au conseil villageois d'Oult-Iagoun, district de Sourgout. Ils vivent entre 7 et 8 mois dans une maison en rondins, et le reste du temps dans un tipi de perches de pin avec une bâche.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoEn hiver, Zinaïda fabrique des manteaux en fourrure de renard et de cerf en les décorant d'un motif ethnique.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
18/20
En hiver, Zinaïda fabrique des manteaux en fourrure de renard et de cerf en les décorant d'un motif ethnique.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoUn manteau demande 3 à 4 mois de travail. Hormis l'artisanat, les tâches domestiques et l'éducation des enfants, les femmes Khanty et Mansi installent également elles-mêmes les tipis.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
19/20
Un manteau demande 3 à 4 mois de travail. Hormis l'artisanat, les tâches domestiques et l'éducation des enfants, les femmes Khanty et Mansi installent également elles-mêmes les tipis.
© Sputnik . Alexandra NaumenkoLes fourrures d'ours n'y sont pas rares non plus. Au contraire, comme le dit Stepan Ketchimov, les ours lutinent souvent les cerfs. Selon la loi, seule une inspection spéciale, qui se rend au campement, peut délivrer une autorisation d'abattre un ours. Les contrevenants doivent payer une lourde amende.
L'ethnotourisme à Iougra - Sputnik France
20/20
Les fourrures d'ours n'y sont pas rares non plus. Au contraire, comme le dit Stepan Ketchimov, les ours lutinent souvent les cerfs. Selon la loi, seule une inspection spéciale, qui se rend au campement, peut délivrer une autorisation d'abattre un ours. Les contrevenants doivent payer une lourde amende.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала