Misère et manque de préparation expliquent les dérapages des Casques bleus en Centrafrique

© REUTERS / Baz RatnerUn nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l’Onu condamne l’attaque
Un nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l’Onu condamne l’attaque - Sputnik France
Suite à plusieurs accusations d'agressions sexuelles, de trafics de carburant et de manque de discipline, l'Onu envisage de retirer 629 Casques bleus congolais servant dans la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Le général Dominique Trinquand explique à Sputnik le fonctionnement de ces missions souvent décriées.

Des combattats séléka en Centrafrique - Sputnik France
Reprise des hostilités en Centrafrique: 100 morts selon un nouveau bilan
Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a annoncé mardi qu''il discutait avec les autorités du Congo du retrait des troupes déployées en Centrafrique, où elles sont accusées de diverses dérives. Selon le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française à l'Onu, ces problèmes sont principalement liés à deux phénomènes: la misère qui règne dans le pays et le niveau de préparation des soldats.

«La grande misère qui règne en République centrafricaine fait que toute proposition sonnante et trébuchante intéresse vivement les Centrafricains. Par ailleurs, le fait que ces contingents n'aient pas la pratique de ce type d'opérations, ils se retrouvent donc confrontés à des situations pour lesquelles ils sont mal préparés», indique le général.​

L'un des moyens possibles de mieux encadrer les missions serait d'impliquer plus de Casques bleus originaires des pays riches, qui pourtant «rechignent beaucoup à envoyer leurs troupes dans des opérations de basse intensité.»

«C'est une demande permanente de la part des Nations unies, pas simplement pour les comportements déviants, mais surtout pour des soucis d'efficacité et d'équipement des contingents», estime Dominique Trinquand.

Outre le renforcement du commandement et la bonne préparation des soldats, qui doivent être bien informés quant à ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas faire, l'Onu doit diminuer le temps de service de contingent jusqu'à six mois, comme c'était le cas auparavant, car un an de service dans une région aussi difficile est trop long pour les troupes mal préparées.

Пустыня Сахара - Sputnik France
Nouveaux combats en Centrafrique malgré la trêve

En même temps, l'expert estime que seuls les moyens politiques peuvent mettre fin à la crise.

«La sortie de crise, ce n'est pas une sortie militaire, les militaires sont là uniquement pour faire cesser les armes […]. Il faut un engagement politique fort dès qu'une opération de maintien de la paix est mise en place», a-t-il conclu.

La situation en Centrafrique a dégénéré en violence de masse en mars 2013 après l'arrivée au pouvoir, dans ce pays majoritairement chrétien, des militants musulmans de la Séléka.

Malgré l''intervention française en décembre 2013 dans le cadre de l'opération Sangaris et le déploiement des Casques bleus des Nations unies, la situation reste tendue, bien que l'escalade meurtrière ait été stoppée. Le pays a depuis élu un nouveau Président en la personne de Faustin-Archange Touadéra.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала