Macronmania médiatique, épiphénomène ou vraie dérive?

© AP Photo / Olivier MatthysMacron
Macron - Sputnik France
Emmanuel Macron est très apprécié des médias mainstream. Un intérêt qui semble s’être encore renforcé depuis son élection à la tête du pays, à tel point que l’on peut parfois parler de Macronmania, jusque dans le service public. Décryptage d’une vidéo de France info consacrée à la… Macronmania au Conseil européen.

Durant la campagne présidentielle de 2017, puis après son accession à la présidence de la république, un phénomène semble prendre de plus en plus d'ampleur: la Macronmania. Si ce phénomène se cantonnait à une partie de la presse qui partage l'idéologie d'Emmanuel Macron, on pourrait légitimement le comprendre, comme nous l'explique Thomas Guénolé, politologue:

Manuel Valls et Emmanuel Macron - Sputnik France
Valls quitte-t-il le PS pour se rallier à La République en marche! ?
«Il y a une […] catégorie (de médias mainstream) qui idéologiquement soutient Emmanuel Macron sur le fond et donc c'est un choix souverain. Ces médias ont une ligne éditoriale qui est conforme à la ligne politique d'Emmanuel Macron et ont donc tendance à le soutenir de manière très poussée et très assumée.»

Néanmoins, certains médias du service audiovisuel public français font parfois preuve de béatitude, voire d'euphorie envers le pouvoir en place. En témoigne, une vidéo diffusée par Franceinfo, le 23 juin, sur la présence d'Emmanuel Macron au dernier Conseil européen. Par une mise en abyme involontaire, le sujet intitulé «Bruxelles, la Macronmania est en marche», pourrait davantage faire penser à une vidéo du fan-club d'Emmanuel Macron qu'à celle d'un média objectif.
Cela dénote-t-il d'un traitement partisan de l'information ou d'une simple propension à suivre le mouvement? Thomas Guénolé penche plutôt vers la seconde hypothèse:

«L'écrasante majorité des médias mainstream sont d'une euphorie vis-à-vis d'Emmanuel Macron, non pas parce qu'ils sont "macronistes" politiquement, mais parce que l'attitude des médias mainstream envers le détenteur du pouvoir est indexée sur sa cote de popularité […] En revanche, à partir du moment où il y a, c'est généralement le cas jusqu'à présent, dégringolade de la popularité et un rejet très fort du pouvoir, les médias mainstream qui étaient en train de suivre le sens du vent populaire dans le sens positif, le suivent dans le sens négatif.»

French President Emmanuel Macron meets with Ukrainian President Petro Poroshenko at the Elysee Palace in Paris, France, June 26, 2017. - Sputnik France
Vers la «formule Macron» pour le règlement du conflit dans le Donbass
Cependant, si l'on aspire à plus de neutralité, voire à un peu d'esprit critique des médias de l'audiovisuel public vis-à-vis du pouvoir exécutif, il faudrait selon Thomas Guénolé:

«Que les dirigeants des grands services audiovisuels français soient désignés différemment. Et qu'il y ait des garanties statutaires d'extrême indépendance copiées sur le standard d'autres médias publics comme la BBC.»

En effet,

«À l'heure actuelle, les grands dirigeants du service audiovisuel public français sont indirectement désignés par le pouvoir exécutif.»

Ceci suffit-il à expliquer cela?

​Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала